Publicité

Facebook change de nom pour devenir Meta et fait un pas de plus vers l'univers en réalité virtuelle

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Facebook change de nom pour devenir Meta et fait un pas de plus vers l'univers en réalité virtuelle
Mark Zuckerberg, le fondateur et PDG de Facebook a fait la promotion de son futur métavers. © Facebook
Publicité

Facebook veut faire comprendre qu'à l'avenir, il serait bien plus qu'un simple réseau social. Les plateformes Facebook et Instagram, les messageries WhatsApp et Messenger et les casques de réalité virtuelle Oculus appartiennent désormais à Meta, nouveau nom du groupe californien qui se rêve en maître d'orchestre d'un monde parallèle, loin des scandales quotidiens liés aux réseaux sociaux.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a annoncé jeudi 29 octobre la création de cette maison-mère, pour mieux représenter l'ensemble de ses activités. Les noms des différents services resteront inchangés. Le fondateur du géant des technologies, accusé de faire passer les profits avant les humains par de nombreux élus, a choisi "meta" — "au-delà" en grec ancien — pour montrer qu'il y a "toujours plus à construire" et un nouveau logo bleu en forme de "8" horizontal, ressemblant au symbole de l'infini en mathématiques.

À lire aussi — Facebook serait incapable de combattre la désinformation sur le Covid-19

"Nous avons beaucoup appris en nous confrontant à de nombreux problèmes", a-t-il déclaré, jugeant qu'il était désormais temps de tirer les leçons pour "construire le prochain chapitre".

Il venait de passer une heure et demie à présenter le "metaverse".

Le "métavers" (en français, pour méta-univers) représente selon lui l'avenir de l'internet, après l'ère des ordinateurs et celle des smartphones. Le public y aura accès pour interagir, travailler ou se divertir via des lunettes de réalité augmentée et casques de réalité virtuelle, notamment.

Mais ce changement d'épithète est interprété comme une manoeuvre de distraction par les détracteurs du groupe californien, empêtré dans les scandales, de la confidentialité des données au respect du droit de la concurrence.

Meta-stase

"Changer de nom ne change pas la réalité : Facebook détruit notre démocratie et c'est le colporteur en chef de la désinformation et de la haine", a réagi une ONG de militants anti-Facebook, ironiquement baptisée "le vrai conseil de surveillance de Facebook" ("The Real Facebook Oversight Board").

Twitter abondait en sarcasmes et réactions critiques. "Meta, c'est-à-dire nous sommes un cancer à la démocratie qui se métastase en machine de surveillance et de propagande pour soutenir les régimes autoritaires et détruire la société civile... et faire des bénéfices !", a par exemple assené l'élue Alexandria Ocasio-Cortez, star de la gauche américaine.

D'autres faisaient remarquer que Google est bien resté Google dans les esprits, malgré la création en 2015 de la maison-mère Alphabet pour chapeauter ses activités expérimentales et innovantes.

La colère des autorités et de la société civile s'est amplifiée ces dernières semaines contre Facebook, à la faveur des révélations d'une lanceuse d'alerte, Frances Haugen, qui montrent que le groupe a choisi d'ignorer une partie des dangers — contenus toxiques sur Instagram pour les adolescents, désinformation qui nuit à la démocratie, etc. — par souci de préserver ses profits.

L'entreprise, déjà visée par de nombreuses enquêtes et poursuites, fait d'ailleurs face à une nouvelle enquête du gouvernement américain, basée sur les documents internes que l'ancienne ingénieure a remis à l'autorité boursière du pays, la SEC.

Mardi, Facebook a ainsi demandé à tous ses employés de conserver tous les documents depuis plusieurs années pour pouvoir répondre à d'éventuelles requêtes juridiques.

À lire aussi — Facebook prévoit que son projet de "métavers" réduise d'au moins 10 Mds$ ses bénéfices chaque année

"Pas prisonniers"

Dans sa présentation, Mark Zuckerberg a très peu évoqué les soucis de sa société, et seulement de façon abstraite ou positive. "Les dernières années m'ont donné de nombreuses leçons d'humilité", a-t-il indiqué. "Je suis arrivé à la conclusion que le manque de choix et les prix élevés étouffent l'innovation, empêchent les gens de construire de nouvelles choses et retardent toute l'économie numérique", a-t-il continué — une pique contre son voisin Apple et son écosystème construit autour de l'iPhone.

Le milliardaire s'est surtout étendu sur sa vision du métavers, qui doit "donner le sentiment profond de la présence de l'autre". Il a dépeint un futur univers ultra immersif, évoquant des romans de science-fiction, où se mélangeront les personnes et objets réels à des avatars et images virtuelles, grâce à des nouvelles technologies de pointe.

"Vous allez pouvoir envoyer un texto juste en visualisant vos doigts en train d'écrire le message, ça va être incroyable", s'est-il enthousiasmé.

Meta veut investir plusieurs milliards pendant les années à venir pour construire un écosystème censé représenter, d'ici dix ans, "un milliard de d'utilisateurs, des centaines de milliards de dollars de commerce numérique et des millions d'emplois pour des créateurs et développeurs".

Mark Zuckerberg a aussi insisté sur la nécessité de construire des programmes permettant l'interopérabilité — comme la possibilité de créer un vêtement dans un espace et de s'en servir ensuite dans un autre — et assuré que les utilisateurs ne seraient "pas prisonniers d'un monde ou d'une plateforme". En aout dernier, Facebook avait présenté sa première application de réunion en réalité virtuelle, mais jusque-là son usage reste très limité et n'intéresse que les possesseurs d'un casque Oculus.

À lire aussi — Mark Zuckerberg veut séduire avant tout les jeunes adultes avec Facebook

Découvrir plus d'articles sur :