Facebook comptera plus de morts que de vivants d'ici 50 ans

Une nouvelle étude prédit que dans 50 ans, le nombre d'utilisateurs morts sur Facebook sera plus important que celui des vivants. Eden, Janine and Jim Follow/Flickr/CC 2.0 Attribution

Selon une nouvelle étude, il y aura probablement plus de morts sur Facebook que de vivants d'ici la fin du siècle. La semaine dernière, Carl Öhman et David Watson, chercheurs à l'Internet Institute de l'Université d'Oxford ont publié un article qui prédit que le nombre de profils de personnes décédées dépassera le nombre de profils de personnes vivantes sur le réseau social d'ici 2070. Et ce résultat n'est basé que sur les chiffres des adhérents de Facebook actuels. Si le réseau social continue de croître à son taux actuel de 13% par an, le nombre de profils de morts sur Facebook atteindra le nombre de 4,9 milliards d'ici la fin du siècle. À titre de comparaison, Facebook signale qu'il y a 2,38 milliards d'utilisateurs qui se connectent sur le site au moins une fois par mois.

Mais les auteurs de l'étude estiment que ce point de repère n'est pas le plus important. Leur but est de soulever la question de savoir comment ces données seront préservées pour les générations futures. "Les résultats ne doivent pas être interprétés comme une prédiction, mais comme une observation de l'évolution actuelle et une opportunité de façonner l'avenir vers lequel nous nous dirigeons", a déclaré l'auteur principal Carl Öhman, doctorant à l'Oxford Internet Institute. "Facebook n'est qu'un exemple de ce qui attend toute plateforme qui offre une connectivité similaire et une portée mondiale", a-t-il ajouté.

Découvrir notre étude —La démographie des réseaux sociaux sur les principales plateformes

Le co-auteur de l'étude David Watson, également doctorant à l'université britannique, a ajouté : "Jamais auparavant dans l'Histoire, une archive aussi vaste du comportement et de la culture de l'homme n'avait été rassemblée en un seul endroit. Contrôler ces archives consistera en un sens à contrôler notre histoire."

"Il est important que nous veillions à ce que l'accès à ces données historiques ne soit pas limité à une seule entreprise à but lucratif. Il est également important de veiller à ce que les générations futures puissent utiliser notre patrimoine numérique pour comprendre leur propre histoire."

A lire aussi — Facebook a "involontairement" récupéré les contacts de 1,5 million d'utilisateurs sans leur consentement

David Watson suggère que Facebook "invite des historiens, des archivistes, des archéologues et des spécialistes de l'éthique" à contribuer à la conservation de ces données. "Il ne s'agit pas seulement de trouver des solutions durables pour les deux prochaines années, mais peut-être pour encore plusieurs décennies", a déclaré David Watson.

Facebook permet actuellement aux utilisateurs de "mémoriser" un compte si une personne qu'ils connaissent décède. Cela garde le profil actif, mais empêche quiconque de pouvoir se connecter au compte. Facebook permet également aux membres vérifiés de la famille proche de supprimer le profil de leur proche après leur décès, s'ils le souhaitent.

Version originale : Ashley Collman/Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le patron de Facebook France assure que le réseau social payera plus d'impôts dans l'Hexagone

VIDÉO: Voici ce qui arriverait si vous arrêtiez de vous brosser les dents