Facebook engrange toujours plus de revenus publicitaires mais ça ne va pas durer

Facebook engrange toujours plus de revenus publicitaires mais ça ne va pas durer

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook L'entreprise enregistre toujours plus de revenus publicitaires mais ça pourrait ne pas durer avec les nouvelles contraintes de ciblage publicitaire. Wikimedia Commons/Anthony Quintano

Facebook a publié mercredi un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes de Wall Street, le réseau social continuant de prospérer malgré les critiques dont il fait l'objet de la part des régulateurs. Mais cette pression des autorités a d'ores et déjà un coût — 5 milliards pour clore une enquête du gouvernement sur la protection des données — et pourrait en avoir bientôt un autre. En effet, Facebook prévoit un ralentissement de la croissance à taux de change constant, notamment au quatrième trimestre et en 2020, à cause de "vents contraires dans le ciblage publicitaire", a indiqué David Wehner, directeur financier du groupe, lors d'une conférence pour les analystes financiers.

Or, la publicité est le coeur du modèle économique : la collecte des données de ses utilisateurs, issues de leur navigation (achats, partage, vidéos, musique, articles...) afin de proposer aux annonceurs de diffuser des publicités sur ses réseaux sociaux (Facebook et Instagram) en leur assurant de cibler les consommateurs de façon personnalisée et à grande échelle. Facebook anticipe donc que les changements opérés par les sites internet, de leur propre initiative mais surtout sous la pression des régulateurs et des utilisateurs — à l'instar du règlement européen sur la protection des données (RGPD) — vont affecter sa capacité à suivre les internautes et mesurer le trafic en ligne.

En attendant, Facebook va toujours bien. Le groupe a annoncé un chiffre d'affaires au deuxième trimestre clos au 30 juin en hausse de 28% à 16,9 milliards de dollars, contre un consensus moyen de 16,5 milliards, selon les données IBES de Refinitiv.

Voici les chiffres clés des résultats financiers de Facebook au deuxième trimestre 2019 :

  • Chiffre d'affaires : 16,9 milliards de dollars, en croissance de 28% sur un an;
  • Bénéfice par action : 91 cents pas action contre1,74 dollar par action un an plus tôt.
  • Utilisateurs actifs par jour : 1,59 milliards d'utilisateurs quotidiens dans le monde pour Facebook, en hausse de 8%. Avec Messenger, Instagram et WhatsApp, ce chiffre monte à 2,1 milliards. 
  • Utilisateurs actifs par mois : 2,41 milliards d'utilisateurs mensuels en hausse de 8%.

L'action a pris 5,6% dans les premières transactions après la clôture avant d'effacer ses gains puis de repartir à la hausse pour prendre 1% à 206,80 dollars. Après deux années de scandales, le titre a effacé pratiquement toutes les pertes subies il y a un an sur des craintes concernant un ralentissement de la croissance de ses utilisateurs ainsi que les coûts qu'entraînerait la nécessaire amélioration par le groupe de la protection des données de ses utilisateurs. 

Facebook devra verser une amende record de cinq milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) pour clore une enquête du gouvernement sur la protection des données personnelles, a annoncé la Commission fédérale du commerce (FTC) américaine quelques heures avant la publication des résultats. En annonçant ses résultats, Facebook a dit avoir été informé le mois dernier par la même FTC de l'ouverture d'une enquête distincte pour pratiques anticoncurrentielles présumées.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google, Amazon Facebook... La justice américaine enquête pour savoir comment ils sont devenus si puissants

VIDEO: Les paresseux existent depuis 64 millions d'années — voici comment ils utilisent leur lenteur à leur avantage

  1. facebook is going to enter all the revenue fields without any loss, it entered youtube, facebook videos, chats and now going to enter search engine, future will decide the growth of the facebook.

Laisser un commentaire