Facebook et Google surveillent le porno que vous regardez, même lorsque vous êtes en navigation privée

Facebook, Google et Oracle analysent le porno que vous regardez, selon une nouvelle étude citée par le New York Times. Des chercheurs de Microsoft, de Carnegie Mellon et de l'Université de Pennsylvanie ont analysé 22 484 sites pornographiques à l'aide d'un outil appelé webXray qui leur permet de suivre les données transmises à des tierces parties."Nos résultats indiquent que le tracking est une pratique courante sur les sites pornographiques : 93 % des pages divulguent des données d'utilisateurs à un tiers", conclut l'étude.

Parmi les sites analysés en mars 2018, l'étude a révélé que Google ou ses filiales avaient des trackers dans 74% des cas, Oracle dans 24% des cas, et Facebook dans 10% des cas. Cela équivaut à environ 16 638 sites équipés de trackers Google, 5 396 pour Oracle et 2 248 pour Facebook. Selon l'article, même l'activation du mode "navigation privée" ne protège pas l'utilisateur, car même si les actions de celui ci ne sont pas stockées dans leur historique, les données sont tout de même transmises à des tierces personnes.

Les chercheurs soulignent que la nature extrêmement sensible des données qui se dégagent de l'utilisation d'internet est préoccupante. "Le fait que le mécanisme de suivi des sites pour adultes soit si semblable à celui de la vente au détail en ligne devrait être un énorme signal d'alarme", a déclaré au New York Times l'une des chercheuses de l'étude, Elena Maris. L'étude a également révélé que seulement 17 % des sites pornographiques étaient cryptés, ce qui rend les utilisateurs vulnérables aux pirates informatiques.

Facebook et Google surveillent le porno que vous regardez, même lorsque vous êtes en navigation privée

Le site pornographique Pornhub est l'un des sites les plus visités aux Etats-Unis. Shutterstock

Les trackers peuvent être installés sur des sites pour diverses raisons. Google Analytics, par exemple, transmet les données de trafic aux sites pour qu'ils puissent surveiller leur audience. Par ailleurs, Facebook offre aux sites la possibilité d'intégrer sa fonctionnalité "like", ce qui permet de repartager du contenu sur Facebook. En contrepartie, ils reçoivent des données sur les visiteurs des sites web. Il est difficile de savoir exactement ce qu'il advient des donnéesou quelles données sont collectées en particulier.

A lire aussi —  Pourquoi l'appli FaceApp pourrait discrètement aspirer vos données personnelles

Facebook et Google ont déclaré qu'ils ne se servaient pas de l'information recueillie sur les visites de sites pornographiques pour établir des profils marketing. Un porte-parole de Google a dit à Business Insider : "Nous n'autorisons pas les publicités Google sur les sites à contenu adulte et nous interdisons la publicité personnalisée et les profils publicitaires basés sur les intérêts sexuels d'un utilisateur ou des activités en ligne connexes. De plus, les tags de nos services publicitaires ne sont jamais autorisés à transmettre des informations personnelles à Google."

Un porte-parole de Facebook a appuyé ces propos dans une déclaration au Times. La personne a déclaré que l'entreprise interdisait aux sites pornographiques d'utiliser les outils de suivi de Facebook à des fins commerciales, comme la publicité. Le Times a précisé qu'Oracle n'avait pas répondu à de multiples demandes de commentaires.

Facebook et Oracle n'ont pas répondu aux demandes de commentaires de la part de Business Insider US.

Version originale : Business Insider / Isobel Asher Hamilton

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Air France, EDF, Spotify, Pornhub et 478 autres sites internet ont un script capable d'enregistrer toutes vos recherches et mouvements de souris

  1. Thanks for sharing your thouughts about gay dating apps "leave a reply" OR "post a comment" -akismet.
    Regards

Laisser un commentaire