Facebook paie des gens 20$ par mois pour espionner leur téléphone

Facebook paie des gens 20$ par mois pour espionner leur téléphone

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook. AP Photo/Andrew Harnik

  • Facebook aurait payé des gens 20 dollars par mois pour espionner leurs téléphones et leurs données.
  • Le site TechCrunch a découvert que le réseau social demandait à certains utilisateurs de leur donner un accès en profondeur à leurs téléphones et d'installer un VPN en échange d'argent.
  • Facebook défend le programme, mais cela soulève des questions sur l'approche du réseau social à l'égard de la protection de la vie privée des utilisateurs, après une série de récents scandales.

Un nouveau jour, et une nouvelle série de questions embarrassantes pour Facebook.

Le géant des réseaux sociaux de la Silicon Valley paie des adolescents et des adultes jusqu'à 20 dollars par mois pour espionner leurs téléphones, leurs données et les applications qu'ils utilisent, selon une enquête de TechCrunch — ce qui pose de nouvelles questions sur l'approche de l'entreprise en matière de respect de la vie privée des utilisateurs.

Le site américain constate que Facebook conduit un programme appelé "Project Atlas", dans lequel il recrute des utilisateurs Apple iOS et Android désireux de leur donner un accès en profondeur de leur appareil, ce qui permet à Facebook de consulter des données détaillées sur l'activité des participants sur leur mobile.

L'appli, Facebook Research, ressemble en grande partie à Onavo, le VPN controversé de Facebook, et partage en grande partie le même code, selon l'expert en sécurité Will Strafach, à qui TechCrunch a demandé d'enquêter sur ce programme.

Apple a banni Onavo de son App Store sur l'iPhone et l'iPad pour violation de sa politique de confidentialité. Cependant, Facebook contourne cette interdiction en offrant Facebook Research directement aux utilisateurs, via un programme qu'Apple propose aux entreprises qui veulent donner des applis personnalisées à leurs propres employés.

Comme l'écrit TechCrunch, le fait de proposer à nouveau une application très similaire à Onavo, et d'utiliser potentiellement à mauvais escient un programme destiné aux entreprises clientes d'Apple pour le faire, pourrait dégrader les relations entre les deux sociétés. Par le passé, Apple et Facebook se sont affrontés au sujet de leurs approches en matière de protection de la vie privée des utilisateurs.

Apple n'a pas encore répondu à la demande de commentaires de Business Insider.

Un porte-parole de Facebook indique à Business Insider que l'entreprise n'a pas l'intention de mettre fin à Facebook Research à la suite de ces révélations.

"Comme beaucoup d'entreprises, nous invitons les gens à participer à des études qui nous aident à identifier ce que nous pouvons mieux faire. Comme cela vise à aider Facebook à comprendre comment les gens utilisent leurs appareils mobiles, nous avons fourni de nombreuses informations sur le type de données que nous recueillons et comment ils peuvent participer. Nous ne partageons pas ces informations avec des tiers et les gens peuvent cesser de participer à tout moment", indique le porte-parole dans un communiqué.

Facebook conteste également le fait que l'appli soit une version copiée-collée de l'appli interdite Onavo, ce qui contredit les preuves partagées par Will Strafach.

"Ils n'ont même pas pris la peine de changer les noms des fonctions, les noms des sélecteurs, ou même le préfixe de classe 'ONV'", écrit-il sur Twitter. "Il s'agit littéralement du code d'Onavo avec une interface utilisateur différente"

La raison avancée par Facebook pour justifier le programme est d'en apprendre davantage sur les applications que les gens utilisent, de manière similaire à la façon dont l'entreprise a utilisé les données glanées par Onavo pour recueillir des données précieuses sur la façon dont les gens utilisent leurs téléphones.

Mais cela soulève également de sérieuses questions sur la façon dont Facebook continue d'aborder et de valoriser les données sensibles des utilisateurs, alors que l'entreprise tente de se remettre des scandales successifs en matière de protection de la vie privée qui l'ont touchée en 2018.

Facebook conteste aussi le fait que le programme s'adresse spécifiquement aux adolescents — mais certaines des tentatives de recrutement des utilisateurs sont spécifiquement destinées aux personnes âgées de 13 à 17 ans, et comportent un "accord de consentement parental", sous la forme d'une simple case à cocher, selon TechCrunch.

De même, Facebook affirme avoir pleinement divulgué sa participation au programme. Mais Ryan Mac, journaliste à BuzzFeed News, a essayé de s'inscrire après la publication de l'enquête de TechCrunch, et n'a trouvé que très peu d'informations sur le fait que Facebook était derrière.

"C'est le comportement le plus provocateur que j'ai jamais vu de la part d'un développeur sur l'App Store", écrit Will Strafach sur Twitter. "Je ne sais toujours pas comment expliquer à quel point Facebook me laisse perplexe en pensant qu'ils peuvent s'en tirer comme ça."

Version originale : Rob Price/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook va demander à 'des personnes indépendantes' de dire si ses modérateurs ont eu raison de censurer un contenu — mais il y a déjà un problème avec ce panel

VIDEO: Airbus veut vous faire voyager dans la soute d'un avion dès 2020 — voici à quoi ça pourrait ressembler

  1. Facebook dispose déjà d'une infinité de données. Je ne comprends pas pourquoi ils cherchent toujours à aller plus loin et à s'attaquer à son téléphones pour les espionner...

  2. Facebook a perdu sur sa popularité à cause du problème de confidentialité qu'ils avaient cette année, les gens préfèrent instagram ces jours-ci...

  3. Tous les médias sociaux nous espionnent aujourd'hui. Fcebook n'est pas quelque chose de différent.

Répondre à Gustave Annuler la réponse.