Facebook affirme ne pas avoir de preuve que les pirates ont utilisé des clés volées pour accéder aux comptes Tinder, Spotify ou Instagram de ses utilisateurs

Le DG de Facebook Mark Zuckerberg. Getty Images/Drew Angerer

  • Facebook a annoncé la semaine dernière avoir été victime d'un piratage. Il était à craindre que les hackers utilisent les données volées pour accéder aux comptes des utilisateurs sur Tinder, Spotify, Airbnb et ailleurs.
  • Mardi, Facebook a affirmé qu'il n'y avait aucune preuve de cela.
  • Mais on ne sait toujours pas qui est derrière l'attaque ni quelles étaient leurs intentions.

Facebook affirme ne trouver aucune preuve que les pirates qui ont compromis les comptes de 50 millions d'utilisateurs sur le réseau social aient également utilisé des "clés" volées pour accéder aux comptes des victimes sur d'autres applications et services.

La semaine dernière, le géant de la Silicon Valley a révélé qu'il avait été pris pour cible dans un piratage massif qui a permis à un ou plusieurs hackers encore non identifiés d'accéder aux comptes de dizaines de millions d'utilisateurs en exploitant les vulnérabilités de ses logiciels.

Il a par la suite reconnu que cette attaque signifiait également qu'en théorie, le pirate aurait pu voler des "jetons" d'accès pour accéder aux comptes d'utilisateurs sur d'autres applications utilisant le service de connexion de Facebook, comme Tinder, Airbnb, Spotify, et d'autres.

Dans un communiqué publié mardi, Guy Rosen, un des cadres de Facebook, affirme que la société n'a trouvé aucune preuve que cette éventualité s'est produite. C'est un soulagement partiel pour les victimes de l'attaque, ainsi que pour les entreprises qui s'appuient sur Facebook et étaient confrontées à l'obligation de mener leurs propres enquêtes.

>>>> Découvrez l'univers Business Insider France sur Instagram <<<<

Mais le communiqué de Facebook ne fournit pas plus d'informations sur les auteurs de l'attaque, ni sur leur motivation et sur quelles données d'utilisateur ils ont saisies. "Nous sommes désolés que cette attaque ait eu lieu — et nous continuerons d'informer les gens à mesure que nous en saurons plus", précise Rosen.

L'annonce du piratage intervient alors que Facebook tente de se remettre d'une série de scandales, de Cambridge Analytica à la propagation de désinformation et de propagande russe sur sa plateforme. Facebook fait maintenant face à de nombreuses enquêtes sur ce nouveau piratage, notamment de la part de plusieurs comités du Congrès américain et du gendarme de la vie privée irlandais.

Version originale: Rob Price/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment savoir si vous avez été touché par le piratage de 50 millions de comptes Facebook

VIDEO: Les bateaux jacuzzis existent vraiment — ils arrivent cet été à Londres