Facebook ignore les appels au boycott — son bénéfice au T4 a largement battu les prévisions de Wall Street

  • Facebook a connu la plus faible croissance de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre de 2018 depuis six ans.
  • Mais son bénéfice trimestriel a largement battu les estimations, en progressant de plus de 60% sur an.
  • L'action a progressé de 4,3% hier à Wall Street.
  • Ces bons chiffres se télescopent avec l'actualité de l'entreprise, au centre d'une série de scandales sur la protection de la vie privée et la propagation d'informations mensongères.
  • Le dernier en date l'oppose à Apple.

Facebook a ignoré les inquiétudes suscitées par les scandales et les appels au boycott pour afficher de solides résultats financiers pour le quatrième trimestre de 2018. 

L'action du premier réseau social mondial gagnait près de 9% à 163,30 dollars dans les transactions hors séance après la clôture de Wall Street. Le titre avait fini la séance régulière sur une progression de 4,3%.

Son bénéfice trimestriel a largement battu les estimations, rassurant les investisseurs sur l'impact de l'augmentation des dépenses alors que dans le même temps, Facebook a fait état mercredi de la plus faible croissance de son chiffre d'affaires depuis plus de six ans.

Son bénéfice net a atteint 6,88 milliards de dollars (5,99 milliards d'euros)au quatrième trimestre — 2,38 dollars par action — contre 4,27 milliards, soit un bond de 60% sur un an. Les analystes financiers attendaient en moyenne un bénéfice par action de 2,19 dollars selon les données IBES-Refinitiv.

Le chiffre d'affaires du trimestre a progressé de 30% à 16,91 milliards de dollars contre 12,97 milliards un an auparavant. Le consensus le donnait à 16,39 milliards de dollars.

Sa croissance n'avait pas été aussi faible depuis le deuxième trimestre 2012.

Ces bons résultats interviennent alors que le réseau social est en difficulté, souffrant de scandales sur la protection de la vie privée et la propagation d'informations mensongères, qui ont nui à son image et en ont fait la cible de multiples enquêtes dans le monde entier.

Le dernier en date l'oppose à Apple qui vient de décider de bloquer la possibilité pour les employés de Facebook de tester des applications sur leur iPhone.

Mais les chiffres sont têtus et montrent que Facebook a réussi à continuer d'accroître sa base d'utilisateurs, malgré les appels lancés pour que les gens suppriment leurs comptes en raison du comportement de Facebook.

"Le pire est passé pour ce géant des réseaux sociaux", a estimé Haris Anwar, analyste d'Investing.com. "L'activité publicitaire et l'engagement des utilisateurs n'ont pas été affectés par tous les revers subis l'an dernier."

Le nombre d'utilisateurs progresse toujours mais ce sera peut être plus difficile de la savoir à l'avenir

Le réseau social compte aujourd'hui 1,523 milliard d'utilisateurs quotidiens actifs, soit un peu plus qu'au troisième trimestre 2018 (1,495 milliard). Il a également renoué avec la croissance du nombre d'utilisateurs en Europe, après avoir connu un déclin début 2018. Facebook compte aujourd'hui 2,82 millions d'utilisateurs quotidiens actifs sur le continent, contre 278 millions trois mois auparavant.

"Nous avons fondamentalement changé la manière dont nous gérons notre entreprise pour nous concentrer sur les principaux sujets sociaux et nous investissons davantage pour élaborer des usages nouveaux et inspirants permettant aux gens de se relier", a déclaré dans un communiqué le fondateur et directeur général Mark Zuckerberg.

Cependant, le directeur financier de Facebook, David Wehner, a laissé entendre l'entreprise pourrait cesser d'afficher des chiffres sur l'utilisation de l'application Facebook et ne publier que des chiffres englobant le nombre total d'utilisateurs uniques de toutes ses applications Facebook — Facebook, Messenger, WhatsApp, Instagram, etc. Le changement prévu signifie que si le nombre d'utilisateurs de Facebook diminue de manière significative, il sera beaucoup plus difficile pour le monde extérieur de s'en rendre compte, comme le remarque nos confères de BI US.

En Bourse, l'action du groupe a perdu un tiers de sa valeur depuis juillet, lorsqu'il a évoqué pour la première fois un ralentissement de la croissance de ses revenus et de sa marge d'exploitation. Son cours reste proche de son plus bas niveau depuis deux ans.

Au quatrième trimestre, les coûts se sont envolés de 62% sur un an à 9,09 milliards de dollars, en raison notamment des dépenses allouées au renforcement de la sécurité et à l'amélioration des contenus.

La marge d'exploitation est ainsi tombée à 46% contre 57% un an auparavant.

Voici les chiffres clés de Facebook à avoir en tête:

  • Chiffre d'affaires : 16,91 milliards de dollars contre 16,39 milliards de dollars attendus;
  • Bénéfice par action : 2,38 dollars contre 2,18 dollars;
  • Utilisateurs actifs par mois : 2,32 milliards en ligne avec les attentes;
  • Utilisateurs actifs par jour : 1,52 milliards contre 1,51 milliard prévu

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook va demander à 'des personnes indépendantes' de dire si ses modérateurs ont eu raison de censurer un contenu — mais il y a déjà un problème avec ce panel

VIDEO: Pourquoi je souhaite donner mon corps à la science

  1. Le fait que la croissance de Facebook ralentisse, c'est normal. Ce qui est extraordinaire, c'est que l'action de Facebook perde un tiers de sa valeur alors que l'entreprise a vu ses bénéfices augmenter de 60% sur un an...

Laisser un commentaire