Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Facebook va désormais vous avertir lorsque vous partagez un article publié il y a plus de 3 mois

Facebook va désormais vous avertir lorsque vous partagez un article publié il y a plus de 3 mois
© Facebook

Il arrive très souvent que des internautes partagent un article, frappés par son titre ou sa photo, sans penser à vérifier sa date de publication. Mais ces informations datées peuvent parfois devenir virales et contribuent à la propagation de fake news sur les réseaux sociaux. Pour rappeler à ses utilisateurs de prêter attention à la date d'une publication, Facebook a annoncé jeudi 25 juin 2020 que la plateforme afficherait un message lorsque quelqu'un essaiera de partager un article vieux de plus de 90 jours, soit environ trois mois.

Concrètement, si vous cliquez sur le bouton "partager" sous un vieil article repéré sur Facebook, un message d'alerte s'affichera sous la forme d'une notification, indiquant "Cet article date de plus de X mois/années". Vous aurez alors le choix de "revenir en arrière", et donc de ne pas partager l'article, ou de continuer, et de le partager en toute connaissance de cause. La fonctionnalité devrait être déployée dans le monde entier dans les semaines à venir.

Cette nouveauté s'inscrit dans une démarche plus large de la part de Facebook pour limiter la propagation de fausses informations sur son réseau social et sensibiliser les utilisateurs au fact-checking. "Au cours des derniers mois, nos recherches internes ont montré que la temporalité d'un article est un élément de contexte important qui aide les gens à décider ce qu'ils doivent lire, croire et partager", a écrit sur le blog de l'entreprise John Hegeman, vice-président du Fil d'actualité et des Stories Facebook.

Les médias alertent en effet depuis des années sur les dangers du partage d'articles : "les éditeurs de presse, en particulier, ont exprimé leur inquiétude quant au fait que des articles plus anciens soient partagés sur les réseaux sociaux comme de nouvelles informations, ce qui peut donner une fausse idée de l'actualité du moment", rappelle John Hegeman.

Facebook passe à l'action contre les fausses informations

Facebook a également annoncé travailler sur un outil de notification pour les publications sur le coronavirus : "pour les publications dont les liens mentionnent le Covid-19, nous étudions la possibilité d'utiliser une alerte par notification similaire qui fournit des informations sur la source du lien et dirige les personnes vers le centre d'information COVID-19 pour obtenir des informations sanitaires faisant autorité." Le centre d'information sur le coronavirus de Facebook regroupe des articles de sources fiables et des messages des autorités sanitaires.

Facebook signale déjà les fausses informations autour de l'épidémie de Covid-19 sur sa plateforme et supprime les événements qui rejettent les arguments scientifiques et incitaient à ne pas respecter le confinement.

Depuis plusieurs mois, le géant de la tech ajoute de nouvelles fonctionnalités pour limiter la propagation de fausses informations sur ses différentes applications. En avril dernier, WhatsApp, qui appartient à Facebook, a limité le nombre de fois qu'un message peut être transféré sur le service de messagerie. Fin 2019, Facebook avait également étendu son dispositif de fact-checking et de lutte contre les fake-news à Instagram.

Pour autant, l'entreprise de Mark Zuckerberg refuse toujours de s'attaquer aux fausses informations diffusées par les politiques, contrairement à ce qu'a récemment fait Twitter avec plusieurs tweets de Donald Trump.

A lire aussi — Facebook retire des publicités de campagne de Donald Trump car elles utilisent un symbole nazi

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :