Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Facebook va fermer sa filiale en Irlande qui lui permettait de faire de l'optimisation fiscale

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Facebook va fermer sa filiale en Irlande qui lui permettait de faire de l'optimisation fiscale
Le logo de Facebook sur l'écran d'un téléphone, en Pologne le 29 novembre 2020. © Jakub Porzycki/NurPhoto/Getty Images

Facebook est en train de liquider sa société holding irlandaise suite à un contentieux sur les impôts payés par l'entreprise dans l'Union européenne. En 2018, la filiale irlandaise du géant des réseaux sociaux n'a payé que 101 millions de dollars d'impôts, tout en enregistrant des bénéfices de plus de 15 milliards de dollars. La filiale, Facebook International Holdings I Unlimited Company, a également réalisé un chiffre d'affaires d'environ 30 milliards de dollars, ce qui représente plus de la moitié du chiffre d'affaires annuel total de l'entreprise, qui s'élève à 56 milliards de dollars.

Dans une déclaration au quotidien britannique The Times, un porte-parole de Facebook a déclaré que l'entité irlandaise "a été liquidée dans le cadre d'un changement qui s'aligne mieux sur notre structure opérationnelle". Le communiqué ajoute : "Nous pensons que cela est cohérent avec les changements récents et à venir de la législation fiscale que les responsables politiques préconisent dans le monde entier."

A lire aussi — Netflix va enfin déclarer les revenus de ses abonnements au fisc français

Les grosses entreprises de la tech sont confrontées à une pression croissante en Europe, où les régulateurs réévaluent les responsabilités que devraient avoir les grandes plateformes sur tous les plans, du partage des données à la désinformation.

À la fin de l'année dernière, Google a transféré sa holding détenant les droits de propriété intellectuelle de l'Irlande vers les États-Unis, après que les régulateurs européens ont décidé d'éliminer progressivement une faille permettant aux entreprises américaines de retarder le paiement des impôts.

La stratégie fiscale était légale et a permis à Google d'éviter d'être taxé par le fisc américain, et d'être prélevé à la source en Europe, lui permettant de faire la majeure partie de ses bénéfices à l'étranger.

La décision de Facebook intervient quelques mois seulement après que l'entreprise a engagé une action en justice contre le régulateur irlandais des données, qui tente également d'empêcher l'envoi aux États-Unis des données des utilisateurs européens.

L'avocat de la société, Paul Sreenan, a déclaré à la Haute Cour irlandaise que la décision pourrait avoir des "conséquences dévastatrices" et entraîner le retrait de l'application Facebook ainsi qu'Instagram de l'UE.

Business Insider US a contacté Facebook pour obtenir des informations supplémentaires.

Version originale : Martin Coulter/Business Insider.

A lire aussi — Facebook déclare la guerre à Apple sur les données personnelles

Découvrir plus d'articles sur :