Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Facebook va tester un outil de filtrage de 'fake news' en Allemagne

Facebook va tester un outil de filtrage de 'fake news' en Allemagne
© AP

Les utilisateurs de Facebook pourront bientôt signaler les articles mensongers sur le réseau social, qui les étiquètera comme informations "contestées" dans le cadre d'un test mené en Allemagne avec son outil de filtrage d'informations mensongères.

Le test enverra les articles signalés par les utilisateurs à Correctiv, une société de fact-checking tierce. Si Correctiv estime que ces informations ne sont pas fiables, elles deviendront non-prioritaires pour l'algorithme du fil d'actualité de Facebook, ce qui signifie que moins de gens vont voir ce post apparaître sur leur fil, selon le Financial Times.

Facebook a confirmé la mise en place de ce test dans un post sur son site de presse en allemand.

"Dans l'immédiat, nous nous focalisons sur l'Allemagne mais nous sommes bien sûr en train de réfléchir dans quels pays nous allons le lancer ensuite", a dit un porte-parole de Facebook au Financial Times.

Voilà à quoi ça devrait ressembler sur un appareil mobile:

Facebook

Le test de Facebook est lancé en Allemagne, alors que le pays a récemment connu un problème d'"informations mensongères, dont un article viral faux qui disait que la plus ancienne église d'Allemagne avait été incendiée".

De hauts représentants allemands avaient déjà menacé de poursuivre les entreprises tech comme Facebook en faisant appel aux lois de calomnie et de diffamation écrite, si elles ne modéraient pas "les discours de haine" et les autres fausses informations diffusées sur les plateformes.

"Nous avons besoin d'utiliser au maximum tout le pouvoir juridique à notre disposition", a dit Heiko Mass, le ministre de la justice allemande en décembre 2016.

La prolifération d'informations trompeuses et mensongères sur Facebook a également provoqué un débat houleux aux Etats-Unis. Des études ont notamment suggéré que certaines informations — comme celle qui disait que le Pape soutenait Donald Trump avant l'élection — ont été plus largement lues et diffusées que certaines informations vraies.

Certains observateurs ont dit que les "fausses informations" ont contribué à l'élection de Donald Trump. Le président Barack Obama a qualifié les fausses informations sur Facebook de "nuage de poussière de bêtises", en ajoutant qu'il s'agissait d'une "théorie de complot folle."

Facebook teste actuellement ce même outil de filtrage de fausses informations aux Etats-Unis.

Version originale: Kif Leswing/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :