Publicité

Faciliter le paiement pour doper le commerce

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Faciliter le paiement pour doper le commerce
© Prostock-Studio/iStock
Publicité

Véritable outil marketing pour les commerçants, le paiement différé a de beaux jours devant lui. Une solution qui place marchands et consommateurs dans une relation gagnant-gagnant. Décryptage.

Depuis un an, la crise sanitaire a amplifié le phénomène. Avec un report mécanique des dépenses des consommateurs vers les offres en ligne, on a assisté à une augmentation des achats plaisir et de produits plus chers. En parallèle, les acheteurs sont devenus de plus en plus volatils, comparant sans cesse les offres et attentifs à la qualité des services apportés. De quoi inciter les commerçants à trouver de nouveaux moyens pour les attirer et les fidéliser.

Une solution pour tous les commerces

Dans ce contexte, le paiement en plusieurs fois représente un levier déterminant pour concrétiser l’acte d’achat. En effet, selon une étude récente, 78% des clients sont prêts à changer d’enseigne afin de pouvoir régler leurs achats de manière fractionnée ou différée (*). Depuis que l’électroménager et les nouvelles technologies l’ont généralisé, la quasi-totalité des secteurs d’activité proposent aujourd’hui ce type de paiement. Une pratique facilitée par des acteurs comme Alma, dont la solution ultra sécurisée présente une offre double : le paiement fractionné (paiement en 2, 3 ou 4 fois) et le paiement différé (J+15 ou J+30).

Un levier marketing efficace

Accessible au plus grand nombre et dotée d’une intégration simplissime, cette solution omnicanale est autant taillée pour les e-commerçants que pour les boutiques physiques. Elle permet à tous ces acteurs de faire bénéficier leurs clients d’une expérience de paiement extrêmement fluide et positive. « Aujourd’hui, nous travaillons avec plus de 3 000 marchands et nous gérons plus de 300 millions d’euros de transaction par an, précise Louis Chatriot, CEO et fondateur d’Alma. Ce chiffre devrait dépasser le milliard d’euros d’ici à 2022. » Une croissance sur laquelle les investisseurs ont placé leur confiance. Depuis sa naissance en 2019, la société, qui comptera 170 salariés d’ici à la fin de l’année, a déjà levé plus de 65 millions d’euros (3,3 millions d’euros en 2019, 12,5 millions d’euros en 2020 et 49 millions d’euros en 2021). Et les consommateurs, eux aussi, apprécient cette solution puisqu’ils lui décernent une note Trustpilot de 4,8. Rassurant.

Vers une meilleure satisfaction client

Le fonctionnement est simple et transparent. Côté marchands, la solution ne nécessite aucune démarche administrative particulière et les facilités de paiement s’accompagnent d’une garantie d’être payé immédiatement dès l’achat effectué par le client. « Non seulement les risques d’impayés sont toujours couverts, mais avec 95% des paiements acceptés, nous obtenons le taux le plus élevé du marché », avance Louis Catriot. Seule condition, s’affranchir d’une commission d’un taux de 3,8%, qui peut varier en fonction du volume de transaction. Mais ces frais standards, liés au paiement différé, présentent des avantages très concrets pour le commerçant. Outre un taux de conversion plus élevé, « le paiement à J+15 ou J+30 augmente mécaniquement le panier moyen et évite les reports d’achat de la 2e quinzaine du mois », explique Louis Chatriot. Un moyen efficace, en ces temps d’incertitude, de conquérir et de fidéliser les consommateurs. Et qui se traduit de manière tangible par un chiffre d’affaires en augmentation moyenne de 20%.

Fiabilité et confort

Côté consommateurs, le paiement différé ou fractionné représente un véritable service. Compatible avec toutes les cartes bancaires, à l’exception des cartes prépayées, Alma offre les mêmes conditions de retour de la marchandise en cas de rétractation de l’acheteur et ne modifie en rien les délais ni les assurances de garantie sur les produits achetés. Enfin, pas d’inquiétude, la solution est totalement conforme au RGPD et strictement régulée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), organe de supervision de la banque et de l'assurance en France. Le tout sans dossier ni paperasse à fournir en amont. De quoi séduire une clientèle toujours en quête de solutions avantageuses.

(*) Source : « Les Français et l’évolution des moyens de paiement », étude réalisée par OpinionWay, juin 2020.

Article sponsorisé
Découvrir plus d'articles sur :