Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le fabricant du Nutella dépense 2,8Mds$ pour acheter la filiale américaine de Nestlé qui détient la marque Crunch

Le fabricant du Nutella dépense 2,8Mds$ pour acheter la filiale américaine de Nestlé qui détient la marque Crunch

Nestlé a annoncé mardi la cession de ses activités de confiserie aux Etats-Unis au groupe italien Ferrero pour un montant de 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros).

Les activités de confiserie de Nestlé USA — qui comprennent des marques telles que BabyRuth, Butterfinger et Crunch — ont enregistré un chiffre d'affaires de l'ordre de 900 millions de dollars en 2016.

Il s'agit de la première cession d'envergure sous la direction de l'administrateur délégué Mark Schneider qui a décidé d'orienter le groupe vers des produits jugés plus sains.

La filiale américaine est à la traîne de la concurrence depuis des années, pénalisée par le choix des consommateurs pour des produits plus moins caloriques comme les barres aux fruits ou aux noisettes ainsi que les marques haut de gamme telles que Lindt.

Mais pour l'entreprise italienne familiale Ferrero, cette acquisition peut lui permettre de réaliser rapidement des économies d'échelle et de disposer d'un réel pouvoir de négociation sur le marché américain, qui est sa première priorité.

Ce faisant, le fabricant de la pâte à tartiner Nutella et des Ferrero Rochers, deviendra le troisième chocolatier des Etats-Unis et du monde, selon Euromonitor International.

"La transaction devrait être conclue vers la fin du premier trimestre de 2018 après finalisation des approbations réglementaires et des conditions de clôture", précise Nestlé dans un communiqué.

"Cette décision permet à Nestlé d’investir et d’innover dans une gamme de catégories pour lesquelles nous entrevoyons une forte croissance dans le futur et où nous détenons des positions de leader comme les produits pour animaux de compagnie, l’eau embouteillée, le café, les plats surgelés et la nutrition infantile", déclare de son côté Mark Schneider.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :