Un entrepreneur bordelais s'offre la Grande Récré et lorgne sur Toys'R'Us

Magasin La Grande Récré, au Passy plaza à Paris. Facebook/PassyPlaza

L'heure est aux grandes manœuvres dans le secteur du jouet. Ce mardi, sur les deux offres en lice pour reprendre la Grande Récré, le tribunal de commerce de Paris a retenu le plan de continuation de son PDG, Jean-Michel Grunberg, rapporte l'AFP.

Pour sauver son enseigne placée en redressement judiciaire depuis mi-mars, Jean-Michel Grunberg, le fils du fondateur Maurice Grunberg, a sollicité un entrepreneur bordelais, Michel Ohayon. A la tête de la Financière immobilière bordelaise (FIB), un fonds d'investissement spécialisé en immobilier commercial, Michel Ohayon gère notamment, en franchise, 22 magasins Galeries Lafayette, plusieurs grands hôtels et des galeries marchandes, en tout près de 2 milliards d'actifs sous gestion.

FIB doit apporter 20 à 30 millions d'euros à la Grande Récré et prévoit de prendre jusqu'à 95% du capital de Ludendo (la maison-mère de la Grande Récré) avant la fin de l'année. 

La seconde offre, qui n'a pas été retenue par le tribunal, était celle de Fnac Darty. Elle prévoyait de ne reprendre que les actifs de la société et non son passif, estimé à 150 millions d'euros en mars dernier. 

Depuis le printemps, la Grande Récré a engagé un plan de restructuration entraînant la cession de ses filiales étrangères (Espagne, Suisse et Belgique) et la fermeture de 53 magasins non rentables. 

Des corners Grande Récré aux Galeries Lafayette

A l'issue de ce plan, la Grande Récré comptera une centaine de magasins (réalisant près de 250 millions de chiffre d'affaires) et un peu plus de 700 salariés.

Le soutien massif de Michel Ohayon vient apporter un vrai bol d'air à une enseigne dont la situation était délicate alors que le calendrier se précipite. Les commandes de Noël doivent en effet être finalisées rapidement pour être sûr que les points de vente soient approvisionnés dans les temps. 

A terme, le Bordelais prévoit d'installer des corners de jouets directement dans ses magasins Galeries Lafayette.

Michel Ohayon ne compte pas s'arrêter là. Il est en lice également pour reprendre un grand nombre de magasins Toys'R'Us, également en redressement judiciaire, et les faire passer sous l'enseigne de la Grande Récré. Pour cette affaire, la décision du tribunal de commerce d'Evry est attendue ce mercredi. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Toys'R'Us succombe à la concurrence d'Amazon — et d'autres géants du jouet pourraient connaître le même sort

VIDEO: Pourquoi la vanille coûte si cher