Facebook abandonne son projet de drones géants et licencie 16 salariés

Facebook

  • Facebook abandonne son projet de drones fournisseurs d'accès à internet, a annoncé l'entreprise ce mardi 26 juin 2018. 
  • L'annonce intervient après que Business Insider US révèle une réorganisation du projet Aquila, avec départ du chef de projet et un projet de redesign. 
  • L'entreprise ferme ainsi son site au Royaume-Uni où des drones de la taille d'un 747 étaient en train d'être conçus et 16 employés ont été licenciés. 
  • Les drones auraient été autonomes et devaient envoyer des lasers vers le sol pour fournir l'accès à internet. 

Facebook abandonne son projet pour construire des drones censés fournir un accès à internet sans fil aux pays en développement et licencie ainsi l'équipé dédiée au projet, a annoncé l'entreprise mardi 26 juin 2018. Il s'agit d'un revers de taille par rapport à cette initiative ambitieuse et de prestige lancée par le réseau social.

Ces drones étaient en train d'être construits par le projet Aquila de Facebook très médiatisé, qui fait partie intégrante des efforts de Facebook pour connecter le monde. Désormais, au lieu de construire un HAPS — pour "High Altitude Platform Stations" soit "plateforme de haute altitude" — comme le drone Aquila interne, Facebook va se focaliser sur le développement des technologies sous-jacentes. 

"Nous avons décidé que c'est le bon moment pour se concentrer sur la nouvelle série de défis en termes de régulation et d'ingénierie pour la connectivité HAPS", a écrit Yael Maguire de Facebook dans une note de blog. "Cela signifie que nous n'allons plus créer et construire notre propre avion et par conséquent, nous fermons notre usine à Bridgewater." 

Business Insider US affirme que 16 salariés ont été ainsi licenciés. 

L'annonce de Facebook intervient alors que Business Insider US venait de révéler, mardi, qu'il y avait eu un bouleversement au sein du projet Aquila. Il a perdu son chef de longue date, Andrew Cox, en mai et avait briefé ses partenaires sur la possibilité d'un nouveau design de ses drones l'an dernier. 

L'idée derrière le projet Aquila était de fournir internet sans fil par aéronef dans des régions du monde dépourvues d'infrastructures de connexion traditionnelles, et Facebook dit désormais qu'il abandonne totalement ce projet. Le réseau social va se concentrer sur la construction de composants spécifiques comme les batteries, les ordinateurs de contrôle pour d'autres engins aériens, même si l'entreprise ne va plus construire ses avions lui-même. 

L'annonce de Facebook constitue un revers pour l'entreprise par rapport au projet très ambitieux — mais instable que représentait Aquila. Le premier vol test très médiatisé avait plongé Facebook dans une tourmente médiatique car l'entreprise n'avait pas dévoilé au public que l'avion s'était écrasé à l'arrivée. Un deuxième vol test, qui a été plus réussi, a tout de même endommagé l'avion à l'arrivée et les propulseurs n'ont pas réussi à fonctionner correctement. 

Des emails internes obtenus par Business Insider US indiquent qu'en 2017, l'entreprise a envisagé un redesign de l'engin aérien autonome avant de décider d'abandonner le projet, mais de toute évidence, ça n'a pas suffi pour sauver le projet. 

Ces emails ont aussi révélé que Facebook a exploré la possibilité de construire une base de drones au sein d'un port spatial futuriste dans le désert de New Mexico mais a finalement abandonné ses efforts. 

En 2014, Facebook a fait l'acquisition d'une entreprise de drones basée à Bridgewater, au Royaume-Uni, pour près de 20 millions de dollars, avec à sa tête Andrew Cox, qui est devenu alors le fondateur et le chef du projet Aquila. Mais la décision d'abandonner le projet de construction des drones signifie que Facebook doit aussi fermer l'usine de Bridgewater où les drones étaient en train d'être conçus. 

"Même si notre focus concernant la connectivité HAPS a changé, nous restons aussi engagés pour répondre aux trois obstacles à la connectivité à savoir la disponibilité, l'accessibilité et la conscience", a écrit Maguire ce mardi. 

"Nous avons déjà connecté près de 100 millions de personnes grâce à nos efforts, et nous allons continuer à investir pour développer un variété de technologies et programmes issus d'une nouvelle génération — des programmes comme le Wifi Express aux nouvelles technologies comme Terragraph — qui peuvent aider les près de quatre milliards de personnes à travers le monde qui n'ont pas encore accès à internet à se connecter." 

En novembre 2017, Facebook a aussi dit qu'il travaillait avec Airbus pour développer les technologies HAPS. Maintenant que l'entreprise ne construit plus ses propres drones, ses partenariats deviennent encore plus importants. 

Version originale: Rob Price/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 11 domaines où les talents seront massivement recherchés dans les 10 prochaines années

VIDEO: Tyra Banks vous explique comment demander une augmentation