Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La startup d’un ancien trader de Credit Suisse qui n’aime pas la bureaucratie des banques vient de lever 66M$

La startup d’un ancien trader de Credit Suisse qui n’aime pas la bureaucratie des banques vient de lever 66M$
© Facebook/Revolut

Revolut, une banque mobile qui se présente comme "la première banque mondiale alternative", vient de lever 66 millions de dollars. Ce tour de table est dirigé par le fonds de capital-risque américano-européen Index Ventures.

Fondée en 2015 par deux Russes — Nikolay Storonsky et Vlad Yatsenk — Revolut revendique 700.000 clients dont 400.000 en Grande-Bretagne. Elle fournit des cartes bancaires qui permettent de payer à l'étranger au taux de change utilisé par les banques.

Son dernier tour de table amène à 83 millions de dollars le montant total levé par Revolut.

Ancien trader de Lehman Brothers et Credit Suisse, Nikolay Storonsky, 34 ans, a créé cette entreprise avec le souci de proposer les services d'une banque mais sans bureaucratie.

"Je n'aime pas les banques", a-t-il expliqué à Reuters. "Elles sont si bureaucratiques, avec tant de managers qui ne font pas vraiment grand-chose..."

Ses rivaux se nomment notamment N26 et Monzo, qui a levé 19 millions de dollars également dans le cadre d'une Serie B, plus tôt dans l'année.

Revolut dit se différencier de ses concurrents car elle permet aux clients de détenir et d'échanger jusqu'à 16 devises différentes avec la seule application.

La levée de fonds doit permettre à la startup de se développer à l'international — aux Etats-Unis et en Asie — alors qu'elle s'apprête à ajouter le Bitcoin comme moyen de paiement. Il sera possible de conserver, échanger, dépenser et transférer de la crypto-monnaie.

En France, Orange a retardé à fin août le lancement de sa banque mobile.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :