Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La ministre française de la Défense dit que la France doit se préparer à des confrontations dans le domaine spatial alors que Trump a ordonné la création d'une force spéciale de l'espace pour son pays

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La ministre française de la Défense dit que la France doit se préparer à des confrontations dans le domaine spatial alors que Trump a ordonné la création d'une force spéciale de l'espace pour son pays
© REUTERS/Charles Platiau

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a affirmé que la France doit se préparer au risque de "confrontations majeures" dans l'espace, en augmentant ses investissements dans le domaine.

Cette déclaration intervient quelques jours après que Donald Trump a ordonné la création d'une force spéciale de l'espace, qui correspondrait à la 6ème branche de l'armée américaine, pour que son pays domine l'espace.

Pour l'instant, cette annonce n'est pas actée, puisque ce projet doit encore recevoir l'approbation du Congrès américain, mais elle ne semble pas passer inaperçue outre-Atlantique.

Interrogée par France 2 sur les propos du président américain, Florence Parly a déclaré:

"Nous, dans la loi de programmation militaire, nous considérons que l'espace est un domaine majeur dans lequel effectivement il pourrait y avoir à terme des confrontations. Donc il faut pouvoir investir dans le domaine spatial plus que nous le faisons encore pour pouvoir surveiller cet espace et éviter qu'il ne devienne un espace de confrontations majeures."

La surveillance de l'espace est entre autres assurée par l'armée de l'air, à l'aide de radars sophistiqués comme ceux du centre opérationnel de surveillance des objets spatiaux (COSMOS).

Mardi 19 juin 2018, le projet de loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 a été approuvée en commission mixte paritaire Assemblée nationale-Sénat, ce qui ouvre la voie à son adoption définitive. Ce projet de loi affirme entre autres que "l'espace exo-atmosphérique présente un intérêt stratégique de premier ordre" et que, "face à l'accroissement des risques et menaces, le renforcement continu de la protection et de la résilience des nouveaux moyens spatiaux et des systèmes les utilisant s'impose".

La France fait partie de l'une des plus grandes puissances spatiales dans le monde, après les Etats-Unis et la Chine notamment.

En 2018, le budget du Centre national d'études spatiales (CNES) a atteint 2438 millions d'euros, ce qui dénote de "la très haute priorité pour l'espace affichée par les pouvoirs publics", rappelle le CNES sur son site.

Si l'on rapporte ce chiffre par an et par habitant, le budget que la France consacre aux activités spatiales civile s'élève à 37 euros, et il s'agit du 2ème plus important après celui des Etats-Unis.

Sans oublier que l'Hexagone est le premier contributeur au budget de l'Agence spatiale européenne (ESA), à hauteur de 961,2 millions d'euros, soit 24,2% du budget total pour 2018.

Découvrir plus d'articles sur :