Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les fondateurs de Tinder poursuivent en justice Match Group et IAC en disant qu'ils ont été arnaqués — et ils cherchent à récupérer au moins 2 Mds$ en dommages

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les fondateurs de Tinder poursuivent en justice Match Group et IAC en disant qu'ils ont été arnaqués — et ils cherchent à récupérer au moins 2 Mds$ en dommages
© Advertising Week Europe

Un groupe de premiers employés de Tinder, dont les cofondateurs Sean Rad et Jonathan Badeen, ont annoncé ce mardi 14 août 2018 avoir engagé une action en justice contre InterActiveCorp et Match Group, les propriétaires de Tinder.

Ils affirment qu'IAC a sous-évalué Tinder et utilisé une valorisation basée sur des informations erronées pour réduire la valeur des stock options que les premiers employés de Tinder et ses fondateurs possédaient. Les plaignants réclament au moins 2 milliards de dollars de dommages.

L'équipe de Tinder a reçu des contrats écrits en 2014, présentant les stock options ainsi que quatre dates auxquelles ils pouvaient les exercer, selon la plainte déposée ce mardi. Mais ils affirment qu'avant la première date d'exercice, en mai 2017, IAC a valorisé Tinder à 3 milliards de dollars, l'a fusionné avec Match, ce qui a "dépouillé" les stock options de l'équipe dans l'appli de dating, leur laissant des options Match ayant moins de valeur.

Ils disent aussi qu'IAC a placé ses propres cadres financiers chez Tinder, qui ont conclu que Tinder avait moins de valeur que ce pensait l'équipe de Tinder. La valorisation est importante car bien que Match soit une entreprise cotée, Tinder ne l'était pas, ce qui signifie que le processus de valorisation a directement affecté la valeur des options que possédaient les fondateurs.

"La raison pour ces changements de management étaient clairs: permettre aux accusés de contrôler la valorisation de Tinder et priver les propriétaires de stocks options Tinder de leur droit à une participation sur le succès futur de l'entreprise", selon la plainte déposée.

Tinder fonctionne de façon indépendante au quotidien de IAC et Match, selon la plainte, et est basé à Los Angeles. Tinder a été fondé dans un incubateur, Hatch Labs, qui est détenu majoritairement par IAC.

Business Insider US a tenté de joindre Match Group pour obtenir des commentaires concernant la plainte déposée contre le groupe et les affirmations des plaignants.

Voici la liste complète des employés et ex-employés de Tinder qui poursuivent IAC et Match en justice:

  • Jonathan Badeen, cofondateur et chef & directeur de la stratégie de mars 2012 à aujourd'hui,
  • Paul Cafardo, directeur de l'ingénierie, d'avril 2013 à juin 2017,
  • Gareth Johnson, designer en chef, de février 2014 à juin 2017,
  • James Kim, vice-président des finances, de février 2016 à aujourd'hui,
  • Alexa Mateen, chef du développement aux Etats-Unis, de mai 2012 à mai 2015,
  • Justin Mateen, cofondateur et directeur marketing, de février 2012 à septembre 2014, et conseiller en stratégie de septembre 2014 à 2017,
  • Joshua Metz, directeur du marketing, juin 2013 à aujourd'hui,
  • Ryan Ogle, CTO, d'août 2012 à juin 2017,
  • Rosette Pambakian, vice-président du marketing et de la communication, de mars 2014 à aujourd'hui,
  • Sean Rad, cofondateur et PDG, de février 2012 et septembre 2017.

Voici la plainte dans son intégralité:

TINDER FOUNDERS, CURRENT EXECUTIVES & EMPLOYEES SUE IAC/MATCH by Kif Leswing on Scribd

Version originale: Kif Leswing/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :