Ford s'associe à McDonald's pour recycler des résidus de café en composants de voiture

Des restes de café produit par l'enseigne de fast-food vont être recyclés par Ford en pièce de voiture.

Le café pourrait-il aider l'industrie automobile à réduire son impact environnemental ? Chez Ford, la question est loin de faire sourire. Le constructeur automobile américain a décidé de s'associer avec McDonald's dans l'optique de recycler de la paille de café — issue de la peau des grains qui se détache lors de la torréfaction — en boîtiers de phares. "En chauffant la paille à des températures élevées sous une faible teneur en oxygène, puis en la mélangeant avec du plastique et d'autres additifs, elle se transforme en granulés. Le matériau peut ainsi prendre diverses formes", explique le constructeur à The Verge. Une fois transformés en bioplastiques, ces résidus permettent de produire des composants plus légers de 20%. Une baisse de poids qui permettrait d'améliorer l'efficacité énergétique des véhicules, et donc de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. 

Le volontarisme de Ford reste malgré tout à relativiser tant l'impact du secteur automobile sur l'environnement est important. Même si les ventes de véhicules électriques continuent de progresser à l'international, l'empreinte carbone du parc mondial atteignait, selon Greenpeace, 9% des émissions totales de CO2 en 2018. Un pourcentage supérieur aux rejets annuels de gaz à effet de serre de l'ensemble de l'Union européenne. L'initiative de Ford n'en reste pas moins intéressante.

McDonald's a d'ores et déjà fait part de son intention de donner une part significative de paille de café issue de ses restaurants nord-américains à Ford. Et avec environ 822 millions de tasses de café servies en 2018 sur le seul marché américain, la quantité n'est pas négligeable. Le premier composant créé grâce à ces déchets sera donc un boîtier de phares, qui devrait être produit d'ici à la fin de l'année pour des modèles de Lincoln Continental — le constructeur réfléchit à utiliser le même matériau pour des composants intérieurs. En addition au géant du fast-food, Ford a fait appel à l'entreprise Competitive Green Technologies pour transformer la paille de café ainsi qu'à son sous-traitant Varroc Lighting System, spécialisé en production de phares.

À lire aussi — La nouvelle Mustang électrique Mach-E fait-elle le poids face au Model Y de Tesla ?

Citée par CNBC, Debbie Miewelski, directrice de l'équipe de recherche en développement durable de Ford, explique en outre que ces pièces ont une plus grande durée de vie, le matériau résistant mieux à la chaleur. Les deux entreprises cherchent déjà des moyens de poursuivre leur collaboration, dans une même optique de développement durable. "Ils doivent avoir beaucoup de déchets de ketchup - des peaux de tomates, des pelures et des graines", remarque Debbie Miewelski. "Et leurs pelures de pommes de terre frites ? Nous sommes convaincus qu'avec un peu d'alchimie, nous arriverons aussi à en faire quelque chose."

L'intérêt du constructeur automobile pour les matériaux recyclés n'est pas nouveau. Le fondateur de la firme, Henry Ford, utilisait déjà des plastiques à base de soja pour certains composants de voiture. Depuis 2011, le soja est aussi utilisé par la firme dans la confection de ses coussins.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tesla, Renault, Toyota... Les 13 constructeurs automobiles les plus écoresponsables selon les Français

'Avengers' : voici ce qui arriverait réellement si Thanos éliminait 50% des êtres vivants de la planète