Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La France mise sur les satellites pour préserver notre planète — le premier d'une série de 3 part ce soir de Guyane

La France mise sur les satellites pour préserver notre planète — le premier d'une série de 3 part ce soir de Guyane
© YouTube/Cnes

La France et Israël lancent dans la nuit de ce mardi à mercredi — à 3h58 précisément — un micro-satellite qui va photographier pendant deux ans les dégâts liés au réchauffement climatique pour mieux contrôler les émissions de gaz à effet de serre, rapporte le site Challenges.

L'augmentation des émissions de gaz à effet de serre — dont le principal est le dioxyde de carbone — est à l'origine du réchauffement de l'atmosphère.

Cet objet spatial, baptisé "Venµs" et qui a coûté au total 80 millions d'euros, sera propulsé à 720 kilomètres d'altitude depuis la base de Kourou en Guyane. Vous pouvez suivre le décollage en direct sur le site du Centre d'études spatiales français (CNES).

Dotée d'une caméra haute résolution, il va suivre l'évolution de l'environnement et de la végétation de 110 sites répartis dans le monde entier et prendra une image tous les deux jours.

Suivre l'évolution des forêts, la fonte des glaces du cercle polaire ou encore l'assèchement des rivières permettra d'évaluer les dégâts liés au réchauffement climatique et "de développer des systèmes d'alerte précoce sur l'état des cultures et de la disponibilité en eau dans une perspective de gestion durable des territoires et de sécurité alimentaire", précise le CNES sur son site.

Ce micro-satellite à visée environnementale ne sera pas un cas unique. Deux autres lancements sont prévus dans les années à venir: le micro-satellite "MicroCarb" en 2020 et "Merlin" en 2021.

La lutte contre le réchauffement climatique fait partie de l'une des priorités du quinquennat d'Emmanuel Macron, qui a lancé l'appel 'Make our planet great again' et a réitéré l'importance des engagements pris par la France dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat.

Une étude récemment publiée dans "Nature Climate Change" et reprise par Le Monde a toutefois estimé que l'augmentation de la température due au réchauffement climatique d'ici la fin du siècle devrait se situer autour de 3,2 °C et dépasserait donc le seuil des 2°C fixé par l'Accord de Paris.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :