Suite aux révélations du site Mediapart la semaine dernière, le Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, annonce, ce mardi 16 juillet, sa démission. "Les attaques et le lynchage médiatique dont ma famille fait l'objet me conduisent aujourd'hui à prendre le recul nécessaire — ce que chacun comprendra", écrit le désormais ex-ministre sur sa page Facebook. "La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d'assumer sereinement et efficacement la mission que m'ont confiée le Président de la République et le Premier ministre."

François de Rugy annonce par ailleurs avoir déposé une plainte pour diffamation ce matin à l'encontre de Mediapart. Il écrit que le site d'investigation l'attaque "sur la base de photos volées, de ragots, d'approximations, d'éléments extérieurs à ma fonction". Avant de poursuivre : "La volonté de nuire, de salir, de démolir, ne fait pas de doute. Je suis soumis à un feu roulant de questions nouvelles et contraint de parer sans cesse à de nouvelles attaques."

Emmanuel Macron a accepté la démission de François de Rugy, une "décision personnelle, qu'il respecte", a fait savoir l'Elysée, selon Reuters.

De nouvelles révélations

Ce mardi 16 juillet, dans la foulée de la démission de François de Rugy, Mediapart publie une nouvelle enquête, révélant cette fois-ci que l'ancien président de l'Assemblée nationale a utilisé, lorsqu'il était député, son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), pour payer une partie de ses cotisations à Europe Ecologie-Les Verts (EELV) en 2013 et 2014. L'IRFM n'a pas vocation à financer les partis politiques, explique le site d'investigation.

Mercredi 10 juillet, Mediapart avait révélé que François de Rugy et son épouse, la journaliste Séverine de Rugy, avaient organisé une dizaine de repas mondains entre 2017 et 2018 à l'hôtel de Lassay, la résidence du président de l'Assemblée nationale (poste qu'il occupait alors). Des dîners sans lien avec ses fonctions, et ce aux frais du contribuable.

Dans un deuxième temps, le site avait affirmé que François de Rugy profitait d'un appartement à vocation sociale près de Nantes alors que ses revenus dépassaient le imposé pour l'octroi de ce logement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : François de Rugy : le résumé des affaires qui mettent le ministre dans l'embarras