Fujitsu possède depuis ce jeudi matin un centre de recherche au sein du Drahi X-Novation Center, l'incubateur dédié à l'entreprenariat et à l'innovation de l'Ecole polytechnique, sur le plateau de Saclay (Palaiseau).

Le géant japonais a annoncé un investissement sur cinq ans de plus de 50 millions d'euros en France pour innover dans le cloud, l'internet des objets, la cybersécurité, mais en priorité dans l'intelligence artificielle, rapporte le site Usine Digitale.

Dans un communiqué, Tatsuya Tanaka, président de Fujitsu, a déclaré: 

"Fujitsu a comme ambition de faire croître ses partenariats avec les entreprises tech éminentes, les institutions de recherche et les startups en France, afin de renforcer ses activités dans le digital, augmenter l'ampleur de son marché et étendre sa présence dans le pays."

Cette collaboration entre Fujitsu et l'Hexagone, qui a été finalisée en seulement six mois, n'est pas due au hasard.

Le spécialiste japonais des technologies des équipements et services informatiques a choisi la France, en raison de "son écosystème solide dans le domaine de l'IA, avec de fortes compétences en matière de machine learning et de deep learning", précise Fujitsu dans son communiqué.

Polytechnique

La Drahi-X Novation Center de l'école Polytechnique. Flickr.com/École polytechnique/J.Barande

Axel Mery, directeur technique de Fujitsu France, sera aux commandes de ce nouveau centre de recherche. Il a déjà identifié des startups de l'incubateur de Polytechnique prometteuses dans ces domaines, dont une qui "planche sur le traitement du langage naturel pour les interactions homme-machine".

Fujitsu a aussi noué un partenariat de trois ans avec l'institut de recherche français Inria, qui pourrait aboutir d'ici un an à la création d'un laboratoire de recherche commun axé sur le deep learning.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Découvrez les 9 meilleures universités à taille humaine dans le monde

Ce sac à dos connecté va faciliter la vie des cyclistes