Voici ce que l'on sait de la fusillade à Strasbourg qui a fait 5 morts

Voici ce que l'on sait de la fusillade à Strasbourg qui a fait 5 morts

Un soldat sécurise une zone après la fusillade de Strasbourg, 11 décembre 2018. REUTERS/Christian Hartmann

  • Une fusillade à Strasbourg mardi 11 décembre a fait au moins cinq morts, et 11 blessés.
  • Le tireur a été identifié, il est fiché S et âgé de 29 ans. Chérif C. a été abattu jeudi 13 décembre par la police, après 48 heures de cavale.
  • La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête.
  • Suivez nos mises à jour régulières ici.

Une fusillade dans le centre-ville de Strasbourg, mardi 11 décembre, a fait cinq morts et onze blessés, selon un dernier bilan communiqué le 17 décembre 208.

Le tireur, fiché S pour radicalisation, a été rapidement identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance. Chérif Chekatt, un Strasbourgeois de 29 ans, a été blessé pendant l'attaque et abattu par la police jeudi 13 décembre au soir, après 48 heures de traque

Ce que l'on sait de la fusillade

Le procureur de la République Rémy Heitz, a esquissé lors d'un point presse à 12h35, mercredi, le déroulé des faits suivants:

Le suspect a été vu avec une arme à feu au niveau du 10 rue des Orfèvres, mardi soir un peu avant 20 heures, à proximité du marché de Noël de Strasbourg. Il a ensuite emprunté la rue des Grandes Arcades, rue du Saumon, rue Sainte Hélène avant de rejoindre la rue Saint-Martin. Il a tout le long utilisé une arme de poing et un couteau avec lequel il a blessé et fait des morts. Selon des témoins, il aurait crié "Allahu akbar" pendant son périple.

Il a ensuite tiré en direction d'un groupe de soldats de la force Sentinelle et été blessé en riposte au bras. Il s'est enfui à bord d'un taxi qui l'a déposé dans le quartier de Neuhof, suivant ses indications. Entendu comme témoin, le chauffeur de taxi a précisé l'avoir vu en possession d'une arme de poing et présentant des blessures. Pour justifier ces dernières, le tireur a évoqué son passage à l'acte et dit qu'il a tiré sur des militaires et "tué 10 personnes".

Une fois descendu du taxi, l'individu a croisé des fonctionnaires de police qui ont de nouveau échangé des coups de feu. Il parvient encore à s'enfuir.


Mardi soir, le centre-ville a été bouclé et les gens invités à rester chez eux. Les bars et restaurants ont fermé, tout comme les locaux du Parlement européen. Le trafic du tramway transfrontalier avec l'Allemagne a été arrêté. Les internautes présents dans la zone ont été invités à se signaler sur le Facebook Safety Check

Ce que l'on sait de l'auteur


Le tireur a été identifié sous le nom de Chérif Chekatt, 29 ans, né le 24 février 1989 à Strasbourg, dont il est résident. Il a été condamné à plusieurs reprises en France pour des faits de droit commun — vol et violences.

"Son casier judiciaire supporte 27 condamnations" en France, Allemagne, Suisse. Connu des services spécialisés pour sa radicalisation, il était suivi par les services de la DGSI et fiché "S" pour prosélytisme religieux.

Sorti de prison fin 2015, il était suivi "à bas bruit", a précisé Laurent Nunez sur France Inter mercredi. Rien de permettait de détecter un passage à l'acte, a-t-il ajouté.

L'auteur de la fusillade a aussi purgé une peine de prison pour vol en Allemagne entre 2016 et 2017, avant d'être expulsé en France, a annoncé mercredi une porte-parole de la police criminelle allemande. Selon le quotidien allemand Die Welt, il aurait commis un vol "grave" dans un cabinet de dentiste à Mayence et volé une pharmacie à Engen (butin "d'environ 315 euros" et 400 euros de dommages), dans le sud de l'Allemagne. 

Une perquisition menée par des gendarmes au domicile de Cherif Chekatt mardi matin, dans le cadre d'une affaire de vol à main armée, avait permis la saisie d'une grenade, d'une carabine et de deux couteaux de chasse. Mais il n'était pas à son domicile, ajoute L'Est éclair

Qui sont les victimes?

Le dernier bilan provisoire de la fusillade fait état de cinq morts, et 11 blessés.

Selon Les Dernières Nouvelles d'Alsace, les personnes décédées seraient un Français, ancien salarié du Crédit Agricole à Strasbourg, tué en sortant d’un restaurant dans lequel il avait dîné avec sa femme et son fils et un touriste d'origine thaïlandais arrivé en France la veille de la tuerie avec son épouse.

La troisième personne décédée était un garagiste d’origine afghane, âgé de 44 ans, marié et père de trois enfants. Son décès et ces informations ont été confirmés à Reuters par la mosquée Eyyubn Sultan, d'obédience turque, qu'il fréquentait.

Blessé pendant l'attaque, le journaliste italien  Antonio Megalizzi, 28 ans, est décédé vendredi 14 décembre. Il était à Strasbourg pour couvrir l’assemblée plénière au Parlement européen pour le réseau de radios associatives Europhonica.

Une cinquième victime, de nationalité polonaise, est décédée dimanche 16 décembre, a annoncé le parquet de Paris.  Barto Pedro Orent-Niedzielski, musicien et cofondateur du festival de BD Strasbulles, avait été déclaré durant plusieurs jours en état de mort cérébrale.

L'état de l'enquête

Des membres de la BRI patrouillent à la frontière franco-allemande, mercredi 12 décembre 2018. REUTERS/Vincent Kessler

 

Plusieurs perquisitions ont été réalisées dans la nuit de mardi à mercredi dans des lieux que Chekatt était susceptible de fréquenter. 

Sur sept personnes placées en garde à vue à la suite de l'attaque de mardi soir, dont les parents et deux frères de Cherif Chekatt, un proche été déféré au parquet de Paris en vue de sa présentation a un juge d'instruction, a annoncé lundi 17 décembre le parquet. 

Il est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la fourniture de l'arme utilisée, un revolver d'un modèle ancien de calibre 8mm, a appris Reuters d'une source proche de l'enquête.

Mises à jour à suivre...

VIDEO: Un spécialiste du sommeil nous explique comment faire des rêves lucides

  1. Nico

    "Le tireur a été identifié sous le nom de Chérif C., âgé de 29 ans, né le 24 février 1984"...y'a un petit probleme d'age non?

Laisser un commentaire