Une femme tire sur 3 personnes et se suicide au siège de YouTube

La DG de YouTube Susan Wojcicki près du siège de l'entreprise, le 3 avril 2018, lors de l'intervention de la police alors qu'une fusillade a eu lieu chez YouTube. REUTERS/Elijah Nouvelage

Une femme qui s'était plainte de YouTube a ouvert le feu mardi 3 avril 2018 avec une arme de poing au siège du site internet de vidéos à San Bruno en Californie et fait trois blessés avant de se donner la mort, ont annoncé la presse et les autorités.

La police n'a diffusé aucune autre information sur la suspecte, ni sur ses motivations. YouTube est une filiale de Google, une des sociétés du groupe Alphabet.

Selon la police, une femme s'est approchée d'un espace de restauration en plein air au siège de YouTube à l'heure du déjeuner et a commencé à tirer avant d'entrer dans le bâtiment.

Selon ABC News, la femme était âgée de 35 à 40 ans et vivait en Californie du Sud. Selon plusieurs médias, dont un affilié de la chaîne ABC, la femme s'appelait Nasim Aghdam.

Sur le site internet NasimeSabz.com, qui, selon la presse, est lié à la suspecte, figurent des messages sur la culture perse et le végétalisme entrecoupés de tirades contre YouTube.

YouTube y est par exemple accusé de ne pas partager avec suffisamment d'équité les recettes avec ceux qui créent des vidéos sur la plateforme.

Un compte YouTube au nom de Nasime Sabz a été supprimé mardi soir.

La fusillade de mardi ne relève pas d'un attentat, a déclaré à Reuters un responsable de la sécurité du gouvernement.

Les trois personnes hospitalisées à l'hôpital général de San Francisco ont été blessées par balle, mais n'ont pas subi d'intervention chirurgicale, a déclaré le chirurgien Andre Campbell lors d'une conférence de presse.

Une des victimes, un homme de 36 ans, a considéré comme étant dans un état critique. Une femme de 32 ans est dans un état grave et une autre de 27 ans n'inspire pas d'inquiétude.

Une quatrième personne, qui s'était blessée à la cheville en quittant le siège de YouTube, a été soignée dans un autre établissement.

Le président Donald Trump a adressé un message de soutien aux victimes et félicité la police via son compte Twitter.

Le directeur général de Twitter, Jack Dorsey, lui a répondu qu'il fallait maintenant passer à l'action.

VIDEO: 4 rituels matinaux difficiles à adopter mais qui peuvent vous faire beaucoup de bien