Le PDG d'Havas dévoile le montant exact que doit lui rapporter la fusion avec Vivendi

Le PDG d'Havas Yannick Bolloré à (dr.), avec Arrnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi (au centre) et Lucian Grainge, pdg d'Universal Music Group lors du festival Cannes Lions le 22 juin 2017. REUTERS/Eric Gaillard

Le rachat d'Havas par Vivendi devrait se faire dans les deux semaines a déclaré jeudi le PDG d'Havas Yannick Bolloré à l'occasion du festival publicitaire Cannes Lions.

En mai, le groupe de médias Vivendi, contrôlé par le milliardaire Vincent Bolloré, avait fait une offre valorisant à 2,36 milliards d'euros la participation d'environ 60% de ce dernier dans le sixième groupe publicitaire mondial.

"Nous devons encore attendre quelques semaines pour avoir l'accord en Russie et aux États-Unis, encore deux semaines et nous serons ensemble", a déclaré Yannick Bolloré, accompagné lors de cette conférence de presse par Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi et Lucian Grainge, PDG d'Universal Music Group.

Et comme souvent dans ce genre d'opération, le dirigeant a prononcé un mot qui peut inquiéter les salariés car il est synonyme d'économies: les synergies. 

Mais en habile communicant, Yannick Bolloré a tenté de rassurer les équipes en précisant plutôt le montant exact que doit lui rapporter la fusion.

"Il n'y aura pas d'économies sur les emplois, au contraire. Les synergies dont nous parlons doivent créer des recettes, pas être source d'économies. Vivendi a payé 10% de plus que l'évaluation faite de Havas, de 3,9 milliards d'euros, cela signifie une prime de 390 millions d'euros et c'est ce que nous devons créer en terme de valeur", rapporte CB News.

Par ailleurs, Yannick Bolloré n'a pas souhaité dire à quelle date il prendrait la tête de Vivendi. Son père Vincent avait estimé que de confier les rênes de Vivendi à son fils rapportera plus d'argent aux actionnaires.

La fusion Havas-Vivendi est une étape supplémentaire dans la constitution d'un empire familial.

Vincent Bolloré a ainsi plusieurs fois exprimé le souhait de transmettre le flambeau à ses enfants avec une répartition des rôles déjà esquissée:

  • à Yannick, les médias et la communication;
  • à Cyrille, la direction des activités transport et logistique, "le coeur du réacteur" du groupe Bolloré;
  • à Marie, la partie stockage d'électricité et véhicules électriques;
  • et enfin Sébastien, "la tête chercheuse", est notamment administrateur de l'éditeur de jeux vidéos Gameloft.

Ils sont tous les quatre membres du conseil d'administration de Bolloré.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Altice réalise la 2e plus grosse IPO de l’année aux Etats-Unis — 2 actionnaires raflent la mise

VIDEO: Voici à quoi ressembleraient les Jeux olympiques s'ils se déroulaient sur la Lune