Safran abaisse de 1Md€ son offre de rachat de Zodiac en forçant des familles influentes à renoncer à des exigences fiscales

Un employé de Safran travaille sur le système de propulsion LEAP-1A d'Aircelle pour l'A320neo d'Airbus en avril 2016. REUTERS/Regis Duvignau

Safran et Zodiac Aerospace ont annoncé mercredi avoir trouvé un accord sur une nouvelle offre de fusion pour créer le troisième équipementier aéronautique mondial, sur la base d'une valorisation de 8,7 milliards d'euros.

C'est 1 milliard d'euros de moins que le projet d'origine annoncé en janvier.

Les termes financiers ont été revus à la baisse, en raison d'un "profit warning" ("avertissement sur les résultats" en français) sur Zodiac, ses résultats financiers ayant été jugés difficiles.

Face à cette situation, Safran a réussi à convaincre les familles — dont les Peugeot — propriétaires de 29% de Zodiac d'accepter un montage financier simplifié, renonçant de fait à leurs exigences qui bloquaient les discussions. 

Au départ, Safran avait prévu de façonner une offre de rachat complexe en deux temps qui devait éviter à des actionnaires influents de payer l’ISF.

"Si elles ne seront pas soumises à un quelconque rattrapage fiscal pour des donations passées, les familles ont, en revanche, renoncé à ce bénéfice pour l'avenir", explique La Tribune, qui a été le premier média à révéler l'information.

Selon un proche du dossier, les familles "ont préféré accepté la nouvelle solution plutôt que de prendre le risque de lancer Zodiac dans un redressement en solo", envisagé il y a un mois, écrit encore le site économique.

Zodiac équipe tout l'intérieur des avions Bombardier Série C. Wikimedia Commons/Kārlis Dambrāns

Le fonds d'investissement TCI a déclaré vendredi que la nouvelle offre d'achat de Safran pour Zodiac Aerospace était encore trop élevée et qu'en tant qu'actionnaire, il voterait contre le rapprochement des deux équipementiers aéronautiques.

"Le prix est toujours trop élevé et nous voterons donc toujours contre cette transaction quand on nous demandera de nous prononcer", a déclaré à Reuters Jonathan Amouyal, associé chez TCI.

Les modifications apportées aux termes de l'offre sont cependant "une victoire" pour le fonds activiste, a-t-il ajouté.

TCI lutte depuis plus de trois mois contre ce projet de rachat et avait demandé son abandon pour que la direction de Safran puisse se concentrer sur les problèmes du nouveau moteur LEAP.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il faut s'attendre à ce que les descendants des fondateurs de Zodiac fassent durer le suspense au sujet du rachat par Safran

VIDEO: Comment différents objectifs d'appareil photo déforment votre visage