Publicité

Future of work : voici cinq tendances qui se dessinent pour 2021

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Future of work : voici cinq tendances qui se dessinent pour 2021
L'équipe de Spendesk. © Yemanja/https://yemanja.io
Publicité

Sponsorisé par Spendesk

Avec son lot de surprises, l’année 2020 a bousculé les codes de l’entreprise. Le travail à distance généralisé a redéfini les modes de fonctionnement et de collaboration. De nouveaux process ont été mis en place pour répondre aux besoins des salariés et des employeurs. Face à l’urgence, les entreprises ont su faire preuve d’une grande agilité, dessinant les contours du travail de demain. Voici 5 grandes tendances qui s’imposent :

Une communication régulière et interactive
Qu’il s’agisse de motiver ses collaborateurs, de partager des informations essentielles à l’accomplissement de leurs missions ou de s’assurer du bien être de chacun, une bonne communication est clé pour la réussite de l’entreprise. 2020 a permis aux organisations de bousculer leurs habitudes et d’identifier des impératifs : communiquer régulièrement, tout en proposant davantage d’interactions. Créatives, les équipes ont imaginé des moments pour faire vivre le lien interne : outre les points quotidiens et hebdomadaires, les random coffee, les salles de zoom permanentes – pour s’y retrouver pendant la pause – les zones de partage des bonnes pratiques pour aider chacun à mieux équilibrer vie pro et vie perso, ont fleuri.

Transparence et participation
La transparence va, et doit devenir une priorité. Gage de leur confiance, les employeurs mettront un point d’honneur à mettre à disposition des salariés toutes les informations, y compris sensibles, afin de permettre à chacun de s’investir pleinement. Une philosophie qui conduit de nombreuses entreprises à faire entrer leurs collaborateurs au capital, à l’image de Spendesk qui a misé sur l’ownership dès sa création. « Nous voulions créer une boîte dans laquelle tout le monde se sente fondateur », explique Rodolphe Ardant, CEO de Spendesk, qui compte aujourd’hui plus de 250 collaborateurs-owners. " Être fondateur c’est être concerné, c’est retrouver ce fameux sens dans le travail ! ", précise-t-il.

La décentralisation : un grand pas vers l’autonomie
Le télétravail l’a montré : une organisation décentralisée, qui permet à chaque collaborateur d’être totalement autonome, est un véritable atout. Pas question d’être bloqué sur une tâche dans l’attente d’une réponse pour avancer, une vraie décentralisation permet à chacun d’être pleinement acteur : les informations sont accessibles, chaque collaborateur est autonome et responsable de son périmètre, apte à prendre des décisions. La décentralisation, qui se pense dès la création de l’entreprise, offre une grande flexibilité, et quelques longueurs d’avance dans la mise en place du travail à distance.

Les bons outils pour toutes les tâches
Le confinement a mis en valeur l’importance des outils mis à disposition des salariés. Chacun doit disposer d’un cadre et de matériel de travail adapté, mais aussi d’outils qui permettent d’avancer dans les meilleures conditions possibles. De nombreuses plateformes de visioconférence, outils organisationnels et de gestion de projet se sont révélés être des alliés précieux. Côté finance, l’heure est également à la décentralisation et à la digitalisation des processus, toutes les problématiques liées à la gestion des dépenses ayant été renforcées par le confinement : d’un côté, les collaborateurs se sont retrouvés en télétravail sans moyen de paiement pour régler leurs achats, de l’autre, le suivi des dépenses par les équipes financières était encore plus compliqué à distance. Spendesk répond aux nouveaux enjeux d’un environnement distribué, en alliant autonomie des collaborateurs et contrôle facilité pour les équipes financières.

Porter son attention sur le recrutement et l’intégration
Continuer à travailler ensemble à distance, c’est une chose, recruter en est une autre. Là encore, il a fallu faire preuve de créativité, mais les entreprises ont su être au rendez-vous, prouvant que le recrutement et l’intégration sont possibles, même à distance. Un défi que Spendesk a dû, et su, relever : la start-up a accueilli plus de 100 nouvelles recrues depuis mars 2020 ! Journée d’accueil et d’intégration préparée en amont, système de mentorat interne pour faciliter la prise de poste, création d’un esprit « promo » pour permettre aux nouvelles recrues de se soutenir... Le tout online, évidemment.

Sponsorisé par Spendesk

Spendesk est une solution de gestion des dépenses opérationnelles pour les entreprises. Quel que soit leur besoin, quel que soit le moyen de paiement (cartes, virement…), les collaborateurs disposent d’une interface unique pour engager des frais pour le compte de l’entreprise. Les équipes financières ont un contrôle et une visibilité à 360 sur chaque euro dépensé et automatisent le traitement opérationnel de ces dépenses. Rodolphe Ardant est le co-fondateur et CEO de Spendesk.

Article sponsorisé
Découvrir plus d'articles sur :