Publicité

Les 20 premières économies de la planète sont réunies en Allemagne — il y a 5 disputes qui plombent l'ambiance

Les 20 premières économies de la planète sont réunies en Allemagne — il y a 5 disputes qui plombent l'ambiance
© REUTERS/Fabrizio Bensch
Publicité

La ville de Hambourg, en Allemagne, accueille ce vendredi 7 et samedi 8 juillet, le G20.

C'est la première fois qu'Emmanuel Macron, élu Président de la République en mai dernier, participe au sommet qui réunit les 19 pays les plus riches de la planète et l'Union européenne.

C'est aussi la première fois que le président américain Donald Trump va rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine.

Quelques 100.000 manifestants anti-capitalistes se sont déplacés dont 8000 seraient susceptibles de se livrer à des violences.

Mais ce qui retient l'attention de ce sommet du G20 est le degré de tension qui l'entoure. Le sommet "s'annonce comme l'un des plus conflictuels de ces dernières années et laisse présager des discussions difficiles", observait ainsi Reuters à la veille du sommet.

Et pour cause: les sujets qui fâchent sont nombreux entre les participants, quand bien même les chefs d'Etat ont promis de faire de ce sommet un succès.

Voici toutes les désaccords qui opposent les participants du G20 avant l'ouverture du sommet:

La lutte contre le réchauffement climatique est au cœur des tensions.

REUTERS/Matthias Schrader

La chancelière allemande Angela Merkel avait fait du climat une priorité du sommet. Mais le président américain Donald Trump a annoncé le 1er juin le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Il sera donc impossible d'aboutir à un texte commun après le G20, mais peut-être que les autres chefs d'Etat prendront de nouveaux engagements. Emmanuel Macron et Justin Trudeau, le premier ministre canadien, ont commencé à faire pression par voie de presse avant même que le sommet débute.

Le protectionnisme commercial inquiète les Européens.

REUTERS/Fabrizio Bensch

Avec son "America first", Donald Trump a remis le protectionnisme au goût du jour. Il menace d'imposer des taxes douanières pour réprimer les excédents commerciaux de l'Allemagne. Les surcapacités de production — d'acier notamment par la Chine — suscitent aussi une vive inquiétude. L'Union européenne a d'ores et déjà prévenu qu'elle riposterait si des mesures américaines devaient toucher des exportations européennes.

Histoire d'affirmer leur point de vue, l'Union européenne et le Japon ont annoncé un accord de libre échange à la veille de l'ouverture du G20. Une façon symbolique de marquer leur opposition au protectionnisme du président américain Donald Trump.

La Corée du Nord empoisonne la relation entre Pékin et Washington.

REUTERS/Axel Schmidt

La question de la Corée du Nord et ses multiples tirs de missiles devrait être évoquée par Donald Trump et son homologue chinois, Xi Jinping, en marge du sommet. Les Etats-Unis font pression sur la Chine, principal soutien diplomatique et économique de la Corée du Nord. Face à cette crise qui empoisonne sa relation avec Washington, Pékin assure "avoir accompli des efforts acharnés".

Le conflit syrien a entamé les liens entre les Etats-Unis et la Russie.

Sputnik/Mikhail Klimentyev/Kremlin via Reuters

Le conflit syrien devrait être abordé lors du très attendu premier tête-à-tête entre Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine. Soutien de Bachar al Assad, la Russie apporte son appui militaire aux forces du régime quand les Etats-Unis financent et forment les opposants syriens.

La menace de frappes militaires brandie par Washington en cas de nouvelle attaque chimique par le régime syrien a été modérément appréciée à Moscou où l'on a dénoncé des avertissements "inacceptables".

La situation dans l'est de l'Ukraine reste un sujet de tension entre Européens et Russes.

Mykola Lazarenko/Ukrainian Presidential Press Service/ via Reuters

La situation dans l'est de l'Ukraine, où les violations de cessez-le-feu continuent est un sujet de contentieux entre Moscou et Washington mais aussi pour les Européens. Un petit-déjeuner de travail doit réunir le président russe, Angela Merkel et Emmanuel Macron. Mais cela n'aboutira à rien, en l'absence du président ukrainien Petro Porochenko.