L'action de Gemalto, spécialiste de la sécurité numérique, chutait lourdement de plus de 11% ce vendredi matin, en réaction à son troisième avertissement sur ses résultats ("profit warning") en six mois.

L'accumulation de stocks de cartes bancaires aux Etats-Unis et de l'attentisme des opérateurs télécoms avant l'avènement d'une nouvelle génération de cartes SIM a lourdement pesé sur les prévisions de bénéfice opérationnel, précise les analystes.

Le groupe indique dans un communiqué anticiper un bénéfice opérationnel compris entre 390 et 450 millions d'euros alors qu'il avait émis le 22 mars un profit warning le prévoyant stable par rapport aux 453 millions d'euros de 2016.

En octobre 2016, Gemalto avait déjà abaissé son estimation de bénéfice opérationnel pour 2017 à 500-520 millions d'euros par rapport à l'objectif initial de 660 millions fixé en 2013.

"Il est clair que Gemalto traverse une période compliquée", a reconnu le PDG Philippe Vallée lors d'une conférence téléphonique, se disant convaincu de la capacité du groupe à naviguer face aux difficultés actuelles.

Les nombreux intervenants du marché américain des cartes de paiements (dont 2.000 banques de taille très variable et de nombreux intermédiaires) ont accumulé des stocks pour préparer la transition vers les cartes à puce dans un pays qui représente à lui seul un quart du secteur mondial.

Une fois ces stocks résorbés, les commandes repartiront, a assuré Philippe Vallée.

Les ventes de cartes SIM, l'activité d'origine de Gemalto, ont chuté de 14% au premier trimestre dans un marché des téléphones stable en volume et en recul en valeur, là encore dans l'attente de la transition vers l'e-SIM, une nouvelle génération de cartes soudées dans les smartphones pour l'instant réservée aux objets connectés, a-t-il ajouté.

Au total, Gemalto a réalisé un chiffre d'affaires trimestriel de 651 millions d'euros, en recul de 8% à taux de change constants.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Zodiac chute en Bourse après une information sur un possible abandon de la fusion avec Safran

VIDEO: Ces poupées faites en silicone ressemblent à de vrais bébés — c'est effrayant