Publicité

Ghost Robotics dévoile un robot-chien doté d'un canon de 6,5mm

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ghost Robotics dévoile un robot-chien doté d'un canon de 6,5mm
D'après Sword International, qui a développé le système d'armement, le canon contrôlé à distance offre "un tir de précision jusqu'à 1 200 mètres" © SWORD International
Publicité

L'invention peut fasciner autant qu'inquiéter. À l'occasion d'un salon dédié à l'armée américaine à Washington, les visiteurs ont pu découvrir un robot-chien… surmonté d'un imposant fusil de 6,5 mm. L'entreprise de Philadelphie Ghost Robotics, dont certains des quadrupèdes robotisés patrouillent déjà sur une base en Floride, s'est associée avec Sword International pour développer le Special Purpose Unmanned Rifle (Fusil sans pilote à usage spécial — SPUR). Le SPUR paraît d'ailleurs être directement dérivé du quadrupède Vision 60, qui a débuté ses patrouilles avec des militaires américains en avril dernier.

Le SPUR représente probablement la première création de Ghost Robotics équipée d'une arme. D'après Sword, qui a développé le système d'armement, le canon contrôlé à distance offre "un tir de précision jusqu'à 1 200 mètres". Le chargeur embarque quant à lui dix cartouches.

À lire aussi — L'armée américaine lance des patrouilles de robots-chiens sur une base en Floride

Relativement léger — un peu moins de 8 kg — et bardé de capteurs, il peut fonctionner jour et nuit, selon Sword. Surtout, ses quatre pattes offrent une véritable stabilité au robot, ce qui laisserait augurer une grande précision de tir même à distance.

Néanmoins, certaines questions demeurent sans réponse : à qui sera destinée cette nouvelle arme ? dans quel but ? Et surtout, avec quel degré d'autonomie ?

Les modèles utilisés sur la base Tyndall de l'US Air Force sont semi-autonomes mais restent supervisés par des opérateurs via une tablette. Ils y sont principalement utilisés pour des missions de surveillance et de reconnaissance.

Mais le SPUR pourrait peut-être bénéficier d'un niveau d'autonomie supplémentaire à l'avenir. Des fusils intelligents sont d'ores et déjà équipés de capacités d'intelligence artificielle, leur permettant de détecter puis de verrouiller une cible. La décision de tir appartient toujours à l'opérateur. Reste à savoir s'il en sera de même pour ce type d'armement.

À lire aussi — La Corée du Nord exhibe son missile hypersonique lors d'une exposition à Pyongyang

Découvrir plus d'articles sur :