Un trader de Goldman Sachs au New York Stock Exchange (NYSE). REUTERS/Lucas Jackson

Un trader de Goldman Sachs au New York Stock Exchange (NYSE). REUTERS/Lucas Jackson

Alors que l'année 2016 approche de sa fin, le département asset management de Goldman Sachs a publié ses prévisions pour l'économie mondiale et les marchés financiers en 2017.

L'entreprise semble plutôt optimiste pour la reprise de la croissance mondiale et parie sur la poursuite d'un long cycle de développement économique en 2017. "Nous pensons que la croissance va gagner davantage de pays et l'économie mondiale sera soutenue par plus de forces qu'on ne l'avait constaté depuis 2010", indique le rapport prévisionnel.

Goldman Sachs recommande aussi "d'élargir l'exposition au-delà des actions et obligations conventionnelles".

Surtout, la banque a identifié 4 transitions économiques à surveiller en 2017. Nous les avons listées ci-dessous avec le commentaire de Goldman Sachs.

1. Du mondialisme au populisme
1-globalism-to-populism

Les événements politiques clés à suivre en 2017. Goldman Sachs

Goldman Sachs estime que "la plus importante transition dans l'environnement actuel" est un éloignement du "mondialisme, qui a apporté davantage de flux transfrontaliers de biens et de personnes". "Après des années de croissance économique molle et un accroissement des inégalités, l'adhésion pour des partis avec des messages populistes — souvent focalisés sur une fiscalité allégée, une réforme de l'immigration et/ou une politique commerciale protectionniste — n'a cessé de progresser au fil des dernières années."

Pour Goldman Sachs, ce mouvement a déjà remporté "deux victoires majeures en 2016": le vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni et l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis. 

"En 2017, nous allons surveiller de près la vigueur de cette tendance populiste en raison de son impact potentiel sur l'Europe et d'une probabilité plus élevée de politiques commerciales protectionnistes."

2. De la stagnation à l'inflation
Goldman Sachs

Les prix du pétrole pourraient participer à la relance s'ils se stabilisent. Goldman Sachs

Après un temps de faible inflation et de croissance symbolique, les attentes sont relevées pour ces deux pôles, note Goldman Sachs. "Avec un marché de l'emploi qui se crispe, un boost sur les effets de base du au prix de l'énergie et des perspectives fiscales plus inflationnistes, l'attente en matière de prix et d'inflation a déjà été significativement relevée."

3. De la politique monétaire à la politique fiscale
Goldman Sachs

Infrastructure globale: de nombreuses variables vont déterminer qui en profitera potentiellement. Goldman Sachs

"Nous voyons une divergence de politique monétaire arriver à de nouveaux extrêmes. Nous pensons que la Fed pourrait relever ses taux d'intérêt au moins deux fois, tandis que la BCE et la Banque du Japon étireront jusqu'au bout leurs capacités de détente quantitative", estime Goldman Sachs.

Avec des croissances balbutiantes des deux côtés de l'Atlantique, la politique de relance passera plutôt par la fiscalité, "à la fois pour compenser des années d'austérité douloureuse et par reconnaissance d'un besoin de rénover les infrastructures". "Cette transition est importante à surveiller car elle pourrait déboucher sur un meilleur équilibre politique pour soutenir la croissance et les résultats financiers des entreprises, ou bien faire grimper la dette et l'inflation et déclencher plus de volatilité sur les marchés matures ou émergents". 

4. De la régulation à la dé-régulation
Goldman Sachs

La régulation est l'une des préoccupations principales des PME américaines. Goldman Sachs

"Les perspectives en matière de dépenses fiscales ont retenu beaucoup d'attention, mais le potentiel d'une dé-régulation pourrait avoir plus d'impact sur la croissance et les marchés en 2017. Aux Etats-Unis, les changements de régulation proposés par Donald Trump visent à améliorer l'accès au capital et à réduire les barrières à l'entrée de la création d'entreprise. En Europe, l'adhésion d'entreprises au Brexit était motivée par leurs craintes d'une régulation excessive, et les institutions financières européennes ont commencé à s'opposer aux mesures réglementaires de l'après-crise. Pendant ce temps, la Chine continue de chercher le bon mix de régulation et de politique de relance pour faire avancer des réformes structurelles tout en maintenant sa croissance économique. Par conséquent, nous surveillerons les divergences réglementaires dans l'économie mondiale et le potentiel d'une dé-régulation compétitive", note Goldman Sachs.

Version originale: Prashanth Perumal/Business Insider


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les événements imprévisibles qui représentent un risque pour les marchés financiers mondiaux

5 façons très utiles d'utiliser l'application Raccourcis de l'iPhone