Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Google a retiré des millions de publicités trompeuses sur la vente de masques

Google a retiré des millions de publicités trompeuses sur la vente de masques
Google a retiré des millions de publicités mensongères sur la vente de masques en ligne. © Stephane Cardinale/Corbis via Getty Image

Publicités mensongères, trompeuses ou dangereuses : l'épidémie de coronavirus a entraîné dans son sillage une vague d'arnaques en ligne. Premier acteur du marché, Google — qui vient d'annoncer avoir réalisé 33,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires publicitaire sur le premier trimestre 2020 — a mis en place une équipe spéciale chargée de faire face à ce fléau et chargée de bloquer les acteurs malveillants. Cette équipe a déjà bloqué et retiré des dizaines de millions de pubs liées au coronavirus ces derniers mois, pour des motifs tels que "gonflement des prix", "tentative de profiter des pénuries d'équipements de santé" ou encore "affirmations trompeuses sur des remèdes", indique Google dans une note sur son blog sur les règles publicitaires.

"Nous avons par exemple assisté à un pic de pubs frauduleuses pour des produits très demandés, comme les masques de protection du visage", détaille le rapport. "Ces annonces promeuvent des produits à des prix largement supérieurs à ceux du marché, mentent sur la qualité pour inciter les gens à acheter ou sont placées par des marchands qui ne livrent pas les commandes". En tout, en 2019, Google a retiré 2,7 milliards de "mauvaises publicités", contre 2,3 milliards en 2018. Il peut s'agir de hameçonnage (technique illégale de récupération d'informations personnelles), d'annonces encourageant la haine, la discrimination ou la violence, ou encore de publicités sensationnalistes (52 millions supprimées). Elle a aussi suspendu 1 million de comptes d'annonceurs.

Google a réalisé près de 162 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2019. Son modèle économique repose principalement sur la publicité à grande échelle en fonction des profils agrégés des utilisateurs, déterminés par leurs recherches en ligne, y compris sur YouTube, la plateforme vidéo du groupe californien.

A lire — Google estime la baisse de fréquentation des lieux publics grâce aux données de géolocalisation

Découvrir plus d'articles sur :