Google débourse 1,1Md$ pour une partie de HTC et les 2 groupes ont quelque chose à gagner

Rick Osterloh, responsable hardware de Google et Cher Wang, DG de HTC. REUTERS/Tyrone Siu

Google a annoncé le rachat pour 1,1 milliard de dollars (926 milliards d'euros) en numéraire de la division du taïwanais HTC qui fabrique les smartphones Pixel du groupe américain.

Il existe deux raisons principales expliquant cette opération qui avait déjà été évoquée au début du mois dans la presse

  • Elle permet d'offrir une bouée de sauvetage à HTC — qui était autrefois un acteur majeur des smartphones — permettant à l'entreprise taïwanaise d'aller de l'avant, alors qu'elle se trouve en difficulté face aux géants Apple et Samsung. 
  • Cela signifie que Google peut peaufiner l'offre de son smartphone Pixel, autrement dit, faire en sorte qu'il puisse davantage rivaliser avec ceux d'Apple ou de Samsung. Il entend devenir un exemple pour les autres fabricants de smartphones de ce qui est possible de faire sur Android. 

Google cherche en effet à se développer dans le domaine des smartphones et a engagé l'an dernier Rick Osterloh, un ancien responsable de Motorola pour diriger sa division matériel informatique.

Avec cette opération, la filiale d'Alphabet renforce son engagement dans les smartphones et son investissement global dans son activité de fabrication de matériel, déclare le géant de l'internet dans un communiqué.

En pratique, cela va se traduire par le transfert d'employés de HTC travaillant sur les smartphones vers Google, comme l'a expliqué Rick Osterloh, le responsable hardware de Google, dans un communiqué:

"Avec cet accord, une équipe de HTC de talent rejoindra Google dans la division hardware. Ces futurs employés de Google sont des gens formidables avec qui nous avons déjà eu l'occasion de travailler sur la ligne de smartphones Pixel."

Cette transaction inclut un accord de licence non exclusif pour la propriété intellectuelle du groupe HTC. Le taïwanais continuera par ailleurs à produire d'autres smartphones.

HTC est un partenaire de longue date de Google et certains analystes estiment que les smartphones Pixel représentent 20% de ses livraisons totales de smartphones.

Mais HTC, qui fabrique actuellement un combiné sur dix vendus au monde, a vu sa part de marché fortement diminuer en raison de la concurrence d'Apple, de Samsung Electronics et de constructeurs chinois.

Renforcement de ses activités hardware

Ce rachat marque la deuxième grande incursion de Google dans le domaine de la fabrication de smartphones. En 2012, le moteur de recherche a racheté Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars et l'a revendu au chinois Lenovo pour moins de trois milliards de dollars deux ans plus tard.

"Il s'agit encore des premiers pas de Google dans le domaine du matériel", déclare Rick Osterloh dans un blog, ajoutant que le groupe cherche à proposer des produits associant le meilleur logiciel au meilleur matériel.

Premiers pas mais loin d'être les derniers. Rick Osterloh avait déjà affirmé auparavant que le hardware constituait une composante importante pour les activités du géant tech et qu'il s'y impliquerait "sur le long terme", rapporte Business Insider.

De plus, certaines rumeurs affirment que Google pourrait se lancer dans la fabrication de puces, pour pouvoir rivaliser encore plus avec des systèmes beaucoup plus intégrés comme l'iPhone d'Apple sans avoir à se reposer sur des entreprises tiers telles que Qualcomm.

Cette transaction entre Google et HTC, qui doit encore obtenir l'aval des régulateurs, devrait être finalisée début 2018.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Xavier Niel est allé voir ce que faisaient les entrepreneurs de Station F ces jours-ci — voici les startups qu'il a rencontrées

VIDEO: Voici ce qui arrive quand un noctambule a le même rythme qu'une personne du matin