Google a refusé de retirer de Google Play une application du gouvernement saoudien qui permet aux hommes de suivre les femmes et de contrôler leurs mouvements, en déclarant qu'elle respecte toutes leurs conditions générales d'utilisation. Google a examiné l'application, appelée Absher, pour finalement en conclure qu'elle ne violait aucun accord et qu'elle pouvait donc rester sur le magasin d'applications Google Play.

La décision a été communiquée par l'entreprise au bureau de l'élue Jackie Speier, une démocrate californienne qui, avec d'autres membres du Congrès, avait réclamé la semaine dernière la suppression de cette appli. Google n'a pas voulu commenter sa décision. Le mois dernier, INSIDER avait révélé comment Absher, une application que les Saoudiens utilisent pour interagir avec les autorités, proposait des services permettant aux Saoudiens d'accorder et de retirer aux femmes le droit de voyager, ainsi que de recevoir des alertes SMS lorsque celles-ci utilisent leurs passeports.

Google refuse de retirer l'appli saoudienne Absher qui permet aux hommes de contrôler les déplacements des femmes

De gauche à droite, Tim Cook, DG d'Apple, le prince héritier Mohammed bin Salman et Sundar Pichai, DG de Google. Reuters

La démocrate Jackie Speier et 13 autres membres du Congrès américain ont écrit à Sundar Pichai, DG de Google, et à Tim Cook, DG d'Apple, le 21 février, pour demander que l'application soit retirée. Ils avaient fixé au jeudi 28 février la date limite pour expliquer pourquoi l'application était disponible sur Google Play. Les 14 membres, dont Ilhan Omar, Rashida Tlaib, Katherine Clark et Jackie Speier, ont déclaré que Google et Apple sont "complices de l'oppression des femmes saoudiennes" pour avoir hébergé l'application.

Lire aussi : L'appli saoudienne de surveillance des femmes n'a toujours pas été retirée, et la pression monte sur Google et Apple

Un photomontage d'Ilhan Omar (à gauche) et Rashida Tlaib (à droite) qui ont accusé Apple et Google d'être "complices de l'oppression des femmes saoudiennes". AP/Getty

Apple a déclaré jeudi au bureau de Speier qu'ils sont toujours en train d'examiner Absher, suite aux appels du sénateur Ron Wyden qui demande qu'ils "cessent de gagner du temps" et prennent une décision. Apple n'a pas non plus voulu répondre aux questions d'INSIDER. Jackie Speier a déclaré à INSIDER : "Jusqu'ici les retours d'Apple et de Google sont profondément insatisfaisantes." À ce jour, l'application Absher reste disponible dans l'App Store et Google Play Store, même s'ils pourraient facilement la supprimer.

Sur ce formulaire Absher, les hommes indiquent où les femmes peuvent aller, pendant combien de temps et dans quels aéroports elles peuvent se rendre. Absher

"Non seulement ils ont la capacité d'agir, mais ils l'ont déjà fait en supprimant l'application Living Hope Ministries, qui encourageait les utilisateurs à "convertir" les personnes LGBTQ, en raison de sa nature méprisante (...) Faciliter la détention des femmes qui demandent l'asile et qui fuient une situation de maltraitance et de contrôle leur porte sans équivoque un préjudice. Je suivrai cette affaire de près avec mes collègues ", a déclaré Jackie Speier.

Les conditions d'utilisation de Google Play pour les développeurs d'applis spécifient 

"Nous n'autorisons pas les applications qui font la promotion de la violence ou qui incitent à la haine contre des personnes ou des groupes en raison de leur race ou de leur origine ethnique, de leur religion, de leur handicap, de leur âge, de leur nationalité, de leur statut d'ancien combattant, de leur orientation sexuelle, de leur sexe, de leur identité sexuelle ou de toute autre caractéristique associée à une discrimination ou marginalisation systématique."

Version originale : Bill Bostock / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 19 entreprises tech françaises en hyper-croissance depuis 4 ans