Le jeu vidéo sans PC ni console  — dit cloud gaming — est le nouveau terrain de bataille entre géants de la tech. Avec Stadia, Google débarque avec une promesse alléchante : permettre aux utilisateurs de jouer à des jeux vidéo en ligne en se connectant aux serveurs de Google depuis un téléviseur (équipé d'un boîtier Chromecast), un ordinateur, un smartphone ou une tablette. En face, Microsoft a annoncé plusieurs nouveautés parmi lesquelles sa plateforme de cloud gaming dénommée xCloud. Le lancement du service est prévu pour octobre 2019, soit juste avant la sortie de Stadia, le service concurrent développé par Google. 

En France, un acteur a pris les devants depuis trois ans mais avec des moyens bien inférieurs : Blade. La startup a développé Shadow, qui propose depuis 2015 de se débarrasser de l'ordinateur physique, en offrant un puissant PC dans le cloud pour un abonnement de 35 euros par mois. Annonce récente, l'entreprise française vient de signer un accord avec l'opérateur télécoms belge Proximus pour permettre aux abonnés de jouer directement depuis leur box TV.

A lire aussi —Voici les 8 jeux les plus attendus sur Nintendo Switch en 2019

L'engouement est tel que les prévisions sur le marché de la dématérialisation des jeux vidéo via le streaming sont très optimistes. En 2018, le chiffre d'affaires mondial du marché du cloud gaming était estimé à 66 millions de dollars, une somme qui pourrait presque sextupler à l'horizon 2023 pour atteindre 450 millions de dollars, comme le montre le graphique de Statista ci-dessous. Ce marché très prometteur devrait décoller dès l'année prochaine avec un chiffre d'affaires qui pourrait déjà dépasser 140 millions de dollars en 2020.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Netflix va sortir trois jeux vidéo, dont deux sur l'univers 'Stranger Things'

VIDEO: Ce supermarché a ouvert un rayon sans plastique