Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Google va corriger la faille qui permet à Netflix ou Spotify d'éviter sa taxe de 30% sur les apps

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Google va corriger la faille qui permet à Netflix ou Spotify d'éviter sa taxe de 30% sur les apps
© Eduardo Munoz/Reuters

Google devrait combler la lacune qui permet à d'importants développeurs comme Netflix et Spotify d'éviter de payer une commission de 30 % sur les paiements effectués dans son magasin d'applications. Jusqu'à présent, les développeurs pouvaient éviter la commission de 30 % qui accompagne l'utilisation du système de paiement intégré de Google en demandant aux utilisateurs de saisir directement les détails de leur carte. Sameer Samat, vice-président de Google chargé de la gestion des produits, a écrit lundi 28 septembre sur son blog que l'entreprise apportait des "précisions" sur ses politiques de facturation. "Toutes les applications qui vendent des biens numériques" auront jusqu'au 30 septembre 2021 pour passer au système de facturation de Google, a-t-il annoncé.

Le résultat est que les applications qui vous vendent des abonnements ou des articles virtuels devront passer à ce système et payer la redevance de 30 % de Google, ce qui pourrait entraîner une hausse des prix. Sameer Samat précise que les propres applications de Google seront également soumises à la commission, et que les changements n'affecteraient que moins de 3 % des développeurs.

Cette annonce de Google fait suite à une longue bataille entre Apple et les développeurs sur une commission obligatoire similaire sur l'App Store. Cela a conduit les principaux développeurs, dont Spotify, Epic Games et Match Group (Tinder), à former jeudi une alliance appelée "Coalition pour l'équité des applications". Elle intervient également après qu'Apple ait renoncé à ses frais habituels pour une fonctionnalité Facebook dans une rare concession. Epic Games poursuit actuellement Apple et Google pour les frais qu'ils imposent aux développeurs.

Google va s'ouvrir à d'autres magasins d'applications

Contrairement à Apple, qui n'autorise aux appareils iOS que son App Store, Sameer Samat écrit dans son blog que Google prévoit de faciliter l'accès des utilisateurs à leurs applications depuis d'autres endroits que le Play Store officiel.

"Nous pensons que les développeurs devraient avoir le choix de la manière dont ils distribuent leurs applications, et que les magasins d'applications devraient se faire concurrence pour les activités des consommateurs et des développeurs", écrit Sameer Samat, ajoutant que la sortie d'Android 12 l'année prochaine inclura des fonctionnalités permettant aux utilisateurs d'installer plus facilement des magasins d'applications alternatifs sur leurs téléphones.

Toutefois, Sameer Samat suggère que les développeurs ne seraient pas en mesure de dire aux utilisateurs comment éviter la taxe sur les applications dans Google Play. "Les développeurs ont demandé s'ils pouvaient communiquer directement avec leurs clients sur les prix, les offres et les autres moyens de payer au-delà de leur application par e-mail ou par d'autres canaux. Pour clarifier, Google Play n'a aucune limite ici sur ce type de communication en dehors de l'application d'un développeur".

Le message de Google semble destiné à éviter les accusations de comportement anticoncurrentiel. Les développeurs se sont plaints dans le passé qu'Apple exerce un pouvoir monopolistique en ne permettant aux appareils iOS d'utiliser que son App Store, ce qui oblige les développeurs à payer sa commission de 30%. Google permet aux utilisateurs d'Android d'installer des applications à partir d'autres magasins que son Play Store, bien que le Play Store reste le principal moyen d'accès aux applications pour la plupart des gens.

Google fait actuellement l'objet d'une surveillance antitrust particulière aux États-Unis, le ministère de la Justice américain s'apprêtant à annoncer une enquête sur la société — bien que cette enquête porterait sur la domination de Google en tant que moteur de recherche.

Version originale : Isobel Asher Hamilton/Business Insider

A lire aussi — Le DG de Google affirme que l'avenir du travail implique un 'modèle hybride'

Découvrir plus d'articles sur :