Le DG d'Uber Travis Kalanick. REUTERS/Danish Siddiqui/

Google et Uber ont commencé amis, avant de devenir concurrents. Les voilà adversaires dans un bras-de-fer juridique dont l'enjeu est de contrôler l'avenir du transport. 

Dans une plainte explosive déposée jeudi devant un tribunal de  San Francisco, l'entreprise de voiture autonome de Google, désormais appelée Waymo, accuse Uber d'avoir utilisé de la technologie volée pour avancer ses propres projets de voiture autonome.

La plainte dit qu'une équipe d'ex-ingénieurs de Google ont volé le design de l'entreprise pour les capteurs laser "lidar" qui permettent à une voiture autonome de cartographier son environnement. 

"Se réapproprier une technologie revient à voler la recette secrète d'un fabricant de boissons", a indiqué Waymo dans une note de blog révélant cette action en justice, qui cible Uber et Otto, une startup qu'Uber a racheté.

"Otto et Uber ont pris la propriété intellectuelle de Waymo pour s'éviter de prendre le risque, le temps et les coûts de développer, indépendamment, leur propre technologie. A terme, ce vol calculé a rapporté plus d'un demi-milliard de dollars aux employés d'Otto et a permis à Uber de relancer un programme au point mort, au détriment de Waymo", dit l'accusation de 28 pages.

Cette plainte en justice est la dernière escalade d'une relation toujours plus tendue entre les deux géants de la tech, révélatrice des enjeux immenses qu'implique la technologie de conduite autonome, qui pourrait rebattre les cartes d'un marché automobile américain estimé à 70 milliards de dollars.

"Nous prenons les accusations faites à l'encontre d'Otto et Uber très au sérieux et nous considérons tout cela avec beaucoup d'attention", a indiqué Uber dans un communiqué adressé à Business Insider

Un email suspect

Au centre de la plainte se trouve Anthony Levandowski, un des premiers membres de l'équipe qui a travaillé sur la voiture autonome de Google. En janvier 2016, Anthony Levandowski a quitté Google neuf ans après y être rentré, pour créér Otto, une startup concentrée sur les camions autonomes. Six mois plus tard, Uber a racheté Otto pour un montant estimé à 680 millions de dollars.

Le capteur lidar sur une voiture autonome Google. Business Insider/Danielle Muoio

Waymo dit que Levandowski a "téléchargé plus de 14.000 fichiers de design extrêmement confidentiels sur les différents systèmes hardware de Waymo, y compris des designs du LiDAR de Waymo"... six mois avant de remettre sa démission à Google. 

Levandowski a installé un logiciel spécial sur son ordinateur portable professionnel pour accéder aux serveurs hébergeant les designs de Waymo, poursuit la plainte. Il a ensuite téléchargé 9,7 giga de fichiers confidentiels et de secrets professionnels, dont des plans, esquisses et documents de tests, affirme la plainte.

Waymo dit avoir découvert ce vol après avoir été mis accidentellement dans la boucle d'un email qui contenait des dessins d'une machine de ce qui semble être la carte de circuit lidar d'Uber et qui "ressemblait fortement" aux designs de Waymo. 

Waymo affirme aussi que d'anciens employés qui travaillent désormais chez Uber te Otto avaient téléchargé des "informations supplémentaires hautement confidentielles" sur son système lidar, dont une liste de fournisseurs, des détails de fabrication et d'autres éléments contenant de l'information technique.

Les prototypes de voiture autonome de Google ont utilisé des capteurs laser faits par Velodyne pendant des années. Mais la société a annoncé début janvier qu'elle préparait maintenant son propre système lidar interne, afin de diminuer le coût du système de près de 90%.

Une histoire compliquée

Le procès est le plus récent des soubresauts d'une histoire compliquée entre les deux géants de la tech.

Waymo; Business Insider/ Skye Gould

Google Ventures a investi 250 millions de dollars dans Uber en 2013, quand la plateforme de chauffeur privé était encore à ses débuts.

Puis les activités des deux groupes ont commencé à se toucher, en particulier dans le secteur de la voiture autonome, et leur relation en a souffert. En août, un des dirigeants de Google, David Drummond, a démissionné du conseil d'administration d'Uber. 

Juste avant, Drummond et le DG de Google Ventures, David Krane, avaient été exclus de réunions du board. 

Uber, en parallèle, avait atteint une valorisation de 70 milliards de dollars. L'entreprise a rencontré de nombreux obstacle dans sa quête d'une voiture autonome, dont, dernièrement, l'interdiction de faire des tests réels dans les rues de San Francisco faute d'avoir obtenu les bonnes autorisations. 

Uber s'est alors replié sur l'Arizona. 

Version originale: Alexei Oreskovic et Danielle Muoio/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ce moyen de transport électrique gagne du terrain à Paris car il contourne une contrainte essentielle d'Autolib

VIDEO: Voici qui de vous deux devrait payer lors d'un premier rencard