Le gouvernement souhaite que les banques adoptent 3 mesures en faveur des clients les plus fragiles

Les frais bancaires affectent notamment les plus fragiles. Les clients de banques qui éprouvent des difficultés financières subissent en quelque sorte une double peine: lorsqu'ils n'ont pas suffisamment d'argent sur leur compte pour régler un paiement, ils se voient prélever une commission.

Pour le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, cette situation ne peut plus durer: "Ça veut dire que certains qui ont peu de revenus, pas de salaire, peuvent payer jusqu'à 400, 500, 600 euros de frais bancaires. C'est inacceptable", a-t-il déclaré dimanche sur BFMTV.

Pour limiter les frais des plus précaires, le ministre a formulé trois propositions qu'il compte soumettre aux banques:

  • Un plafonnement des frais bancaires à 200 euros maximum par an pour les personnes bénéficiant de l'offre spécifique. Cette offre, mise en place en 2014, s'adresse aux personnes en difficulté financière. Elle plafonne déjà les commissions d'intervention, prélevées en cas de provision insuffisante sur le compte en banque pour réaliser un paiement, à 4 euros par opération et 20 euros par mois.
  • Une mobilisation du secteur bancaire pour augmenter de 30% le nombre de bénéficiaires de l'offre spécifique, dont le montant maximal est de 3 euros par mois, hors frais d'incidents.
  • L'instauration d'un "système d'alerte, de prévention, beaucoup plus efficace que celui dont nous disposons aujourd'hui", qui concernerait tous les Français sujets à des frais bancaires importants. 

L'offre spécifique concerne actuellement "375.000 personnes", a précisé Bruno Le Maire. Selon l'Observatoire de l'inclusion bancaire, créé en 2014, le nombre de bénéficiaires de cette offre a augmenté de 40% en 2017, pour atteindre 351.000 personnes à la fin de l'année dernière.

Des millions de clients fragiles

Mais le nombre de clients bancaires considérés en situation de fragilité financière s'élevait à 3,6 millions de personnes au total en 2017, selon cet observatoire de la Banque de France. Un chiffre en hausse de 1,2 million par rapport à 2016, du fait notamment de "la détection plus fine des situations individuelles par les établissements bancaires".

Depuis 2014, hors offre spécifique, les clients qui connaissent des incidents de paiement et dépassent leur découvert autorisé sont soumis à des frais plafonnés à:

  • 8 euros maximum par opération et 80 euros par mois,
  • 30 euros pour le rejet d'un chèque d'un montant inférieur ou égal à 50 euros,
  • 50 euros pour le rejet d'un chèque d'un montant supérieur à 50 euros,
  • 20 euros pour un incident lié à un autre moyen de paiement, comme le prélèvement et le virement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 3,6 millions de clients bancaires sont en situation de fragilité financière — et beaucoup ont leur compte dans le même établissement

VIDEO: Voici tout ce qui ne va pas avec les smartphones Android

Contenu Sponsorisé

Voici les trois catégories dans lesquelles E.Leclerc souhaite encourager l'innovation

  1. Dedola tania

    C'est HONTEUX, l'intégralité en frais pour un montant de 50 euros et +, ce sont des TAUX USURIERS!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire