Mobilisation d'agriculteurs, le 24 septembre 2018. Facebook/FNSEA

La non-présentation mercredi dernier en Conseil des ministres des ordonnances de de la loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable avait hérissé les agriculteurs qui, en réponse, avait prévu de se mobiliser la semaine prochaine. 

Le ministre de l'Agriculture avait annoncé le report des ordonnances, sans préciser de date, laissant planer un doute sur leur mise en oeuvre effective. 

Finalement, en espérant déminer une mobilisation de plus dans un contexte social déjà compliqué, le ministère de l'Economie et le ministère de l'Agriculture ont annoncé conjointement ce vendredi soir, qu'elles seront présentées mercredi 12 décembre. 

Parmi les mesures destinées à mieux rémunérer les agriculteurs — et donc très attendues par eux — figure le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) sur certains produits. Il sera relevé de 10% à compter du 1er février, par décret.

S'agissant des promotions, leur limitation à 34% de la valeur des produits se fera à partir du 1er janvier, et leur limitation à hauteur de 25% des volumes se fera à partir du 1er mars. Pour autant, elle couvrira l'ensemble des contrats en cours de négociation depuis le 1er décembre 2018 et le début de la saison des négociations commerciales. 

Néanmoins, "l'ordonnance prévoit également la possibilité, pour le Gouvernement, de suspendre temporairement sa mise en œuvre, en cas de nécessité," indique encore le communiqué.

La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs saluent ce vendredi soir dans un communiqué commun "la prise de conscience et de responsabilité du gouvernement". Pour autant, les deux organisations ont décidé de maintenir leurs actions syndicales prévues la semaine prochaine. Elles dénoncent la stigmatisation dont fait l'objet leur profession, attaquée notamment sur son utilisation du glyphosate, et dénoncent également la hausse de certaines taxes pour financer la transition écologique. 

Toutefois, "en aucun cas, il ne s'agit de rejoindre le mouvement des gilets jaunes", écrivent les deux syndicats. "Nous refusons tout amalgame. Nous appelons à agir, dans le calme et le respect des personnes et des biens."

Ce report d'une semaine de l'examen de ces fameuses ordonnances n'aura donc finalement servi à rien au gouvernement — sauf peut-être à boucler leur délicate rédaction.

Alors qu'en échange, d'une part il récolte une mobilisation des agriculteurs dont il se serait sûrement passé dans le contexte social actuel, d'autre part, il confirme la hausse du seuil de revente à perte qui, certes, est censée permettre de mieux rémunérer les agriculteurs mais en contrepartie, elle baissera le pouvoir d'achat des consommateurs. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Cette salle de sport ne ressemble à aucune autre — elle est entièrement faite de bois et recouverte de plantes