Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Graines de sésame, riz, thé, poivre... Les rappels de produits se multiplient à cause de l'oxyde d'éthylène

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Présent dans certaines graines de sésame importées, l'oxyde d'éthylène aurait également été retrouvé dans d'autres aliments comme le riz ou le poivre. © Unsplash/Mgg Vitchakorn

Si vous aimez parsemer vos plats de graines de sésame, vous avez peut-être constaté ces derniers temps qu'il était difficile de s'en procurer en ce moment. Depuis six mois, de nombreux rappels de produits sont effectués en Europe concernant les plats à base de graines de sésame, en majorité importées d'Inde, comme l'explique Le Parisien. On en retrouve aujourd'hui un peu partout : dans les huiles, les biscuits apéritifs, les purées végétales, etc. Les rappels de produits liés à cette affaire des graines de sésame touchent donc à la fois des produits de marque, des références bio, mais aussi des marques de distributeurs.

"C'est inédit ! Même lors de la crise de la viande de cheval, les retraits n'avaient pas été d'une telle ampleur", confie au quotidien Jérôme Ginet, d'Eurofins, un laboratoire spécialisé dans les tests alimentaires et pharmaceutiques. Selon la DGCCRF, l'organisme chargé notamment de la répression des fraudes en France, ce sont plus de 1 000 références de produits grand public qui auraient été rappelées ces six derniers mois. Et cela ne semble pas prêt de s'arrêter : ces derniers jours, les rappels ont porté sur de nouvelles catégories de produits comme le thé, le riz et les épices, en particulier le poivre. Un poivre que l'on retrouve dans de nombreux plats cuisinés ou accompagnements comme la sauce tomate, les bouillon-cubes, ou encore la paella par exemple.

À lire aussi — Voici pourquoi les insectes vont bientôt se multiplier dans nos assiettes

L'oxyde d'éthylène montré du doigt

Le responsable ? L'oxyde d'éthylène. Composé organique de la classe des époxydes, il est utilisé dans l'industrie agroalimentaire pour désinfecter et stériliser les denrées alimentaires. Considéré en Europe comme un pesticide dès les années 90, l'oxyde d'éthylène a été classé comme biocide en 2011, et interdit d'usage pour tout ce qui est produit alimentaire.

Mais les graines de sésame utilisées dans les produits rappelés ces derniers mois étaient importées d'Inde. Selon la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, le pays est devenu en quelques années le troisième producteur mondial de graines de sésame, exportant ses produits dans le monde entier. L'Europe avait précédemment montré du doigt les graines de sésame indiennes, qui étaient jugées trop contaminées aux salmonelles, demandant au pays de trouver une solution pour résoudre ce problème de qualité. L'Inde a alors commencé à traiter ses graines de sésame à l'oxyde d'éthylène.

'Un risque grave pour la santé', selon la Commission européenne

Toujours selon Le Parisien, en septembre dernier quand l'affaire a commencé en Belgique, les teneurs en oxyde d'éthylène dans certains lots de graines de sésame importés d'Inde étaient parfois plus de mille fois supérieurs à la limite autorisée. "De tels niveaux de contamination représentent un risque grave pour la santé", avait alors estimé la Commission européenne. L'oxyde d'éthylène serait en effet identifié comme cancérogène et toxique pour la reproduction.

Aucun des pays européens n'a alors saisi l'EFSA, l'Agence européenne de sécurité sanitaire des aliments. Dans l'Hexagone, son équivalent français, l'ANSES, a estimé que le retrait des produits était suffisant.

À lire aussi — 8 choses improbables trouvées dans des aliments achetés en supermarchés

Les contrôles ont alors été renforcés lors de l'importation de graines de sésame et d'aliments pouvant contenir de l'oxyde d'éthylène. Mais selon le sénateur LR Laurent Duplomb, auteur d'un rapport sur les défaillances des contrôles aux importations, "90% des contrôles se font sur document", sans vérification approfondie des marchandises. Les entreprises important les produits sont également montrées du doigt : elles ont en effet l'obligation de maîtriser les risques et donc de contrôler au maximum les produits achetés à leurs fournisseurs.

Si quelques grammes de graines de sésame contaminées ne représentent pas un risque d'empoisonnement direct, des questions se posent tout de même pour la santé des consommateurs au moment où la contamination à l'oxyde d'éthylène semble s'étendre à un nombre toujours plus grand de produits.

À lire aussi — Tout savoir sur les dark kitchen, ces restaurants 'fantôme' qui font polémique

Découvrir plus d'articles sur :