Voici les perdants et les gagnants de la grande distribution en 2018

Aux caisses d'un hypermarché à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Business Insider France/Elisabeth Hu.

L'actualité aura été riche en 2018 dans le secteur de la grande distribution et les défis nombreux pour les enseignes.

Les états généraux de l'alimentation, le mouvement des Gilets jaunes, l'essor de la demande de produits bio ou naturels et les exigences plus acérées des consommateurs qui, grâce à des applis, scrutent désormais les codes barres à l'affût du meilleur produit. Autant d'éléments qui obligent les mammouths de la grande distribution à plus d'agilité. 

Ils ont répondu en expérimentant le commerce conversationnel, en installant des shops-in-shops — par exemple un espace Darty implanté au cœur d'un hyper Carrefour ou un Cdiscount chez Casino —, en ouvrant de nouveaux drive (voiture et piéton), en développant des filières qualité, en utilisant la blockchain pour une meilleure transparence...

Les enseignes ont pris conscience des enjeux mais les transformations sont lentes et la baisse du moral d'achat des ménages ne les aide pas. Ainsi, selon le cabinet Kantar Worldpanel, les produits de grande consommation (PGC) et les produits frais en libre service (FLS) ont reculé de 1,2% en volume en 2018.

Voici les perdants et les gagnants de la grande distribution en 2018 selon les données de Kantar Worldpanel : 

Auchan, -0,2% — Pénalisé par les difficultés de ses hypermarchés, le groupe de la famille Mulliez ne représente plus que 10,3% de part de marché.

Drive Auchan au Mans, Sarthe. Business Insider France/Elisabeth Hu.

Carrefour, -0,2% — Le groupe n'affiche plus que 20,2% de part de marché, pénalisé également par la perte de vitesse de ses hypermarchés et le ralentissement de Carrefour market.

Casino, -0,1% — Si Géant Casino a réussi à progresser de 0,1 point, le groupe subit en revanche un recul de 0,1 point sur son enseigne Leader Price qui perd près de 500 000 clients, et affiche au total 11,4% de part de marché.

Casino drive de l'Espace Anjou à Angers, le 5 août 2018. Business Insider France. Elisabeth Hu

Mouvement E.Leclerc, -0,1% — Le groupe d'indépendants, moins offensif commercialement, a conservé son titre d'enseigne leader dans la part des dépenses des Français mais n'a plus que 21,1% de part de marché.

Livraison E.Leclerc à Paris, le 9 janvier 2019. Business Insider France/Elisabeth Hu

Delhaize, 0% — Le groupe qui exploite les enseignes Cora et Match est resté stable à 3,3% de part de marché sur l'année, le bon bilan des supermarchés compensant les difficultés en fin d'année des hypermarchés.

Supermarché Cora à Strasbourg. Wikimedia Commons/galimmo

Système U, +0,1% — Le groupe coopératif profite du dynamisme de son activité sur internet, de ses circuits de proximité et d'une meilleure fidélisation pour enregistrer 10,7% de part de marché.

Magasin Super U de Saint-Georges-sur-Loire, en Maine-et-Loire. Business Insider France/Elisabeth Hu

Aldi, +0,1% — L'enseigne allemande à bas prix représente désormais 2,3% du marché.

Lidl, +0,2% — Le discounter a bénéficié d'une forte accélération en fin d'année, coïncidant avec les revendications sur le pouvoir d'achat, et atteint 5,5% de part de marché sur l'année.  

Magasin Lidl à Greenville en Caroline du sud, Etats-Unis. Wikimedia commons/DoulosBen

Intermarché, +0,3% — Le grand gagnant de l'année 2018 profite d'une meilleure fidélisation de ses clients qui lui permet de grimper à 14,9% de part de marché. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 25 multinationales se lancent dans le commerce circulaire pour réduire nos déchets

VIDEO: Voici comment la prise de poids affecte votre corps