Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 25 grandes villes de France où vous avez le plus perdu ou gagné de mètres carrés en 2 ans

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les 25 grandes villes de France où vous avez le plus perdu ou gagné de mètres carrés en 2 ans
© Wikimedia commons/Gerard Jalaudin

Le marché de l'immobilier a encore signé une année exceptionnelle selon le tableau de bord de l'Observatoire Crédit Logement/CSA dévoilé ce jeudi 17 janvier.

Les taux bas (1,43% en moyenne) — sous l'inflation — contribuent considérablement au dynamisme du marché. De même que la spectaculaire baisse de l'apport nécessaire pour obtenir un crédit. Le taux d'apport personnel apparent (hors frais annexes), qui était à un niveau moyen de 23,9% entre 2007 et 2014, est tombé à 16,1% en 2018.

L'Observatoire relève également que la durée des prêts s'est encore allongée : 226 mois en moyenne au quatrième trimestre 2018, soit une hausse de 10 mois en 2018, après déjà 5 mois en 2017. "Jamais la durée des prêts bancaires classiques n'a été aussi élevée", a souligné l'économiste Michel Mouillart lors de la présentation des données de l'Observatoire.

L'amélioration des conditions d'accès au crédit a soutenu la demande malgré la dégradation des politiques publiques de soutien à l'accession à la propriété.

Ainsi, même si le nombre de prêts classiques a reculé de 3,8% en 2018, la production de crédits a quant à elle augmenté de 4,8%. Autrement dit, il y a eu moins de prêts accordés, mais ils étaient plus chers.

"Le coût des opérations de crédit a augmenté trois fois plus vite que les revenus des ménages depuis 2016", a calculé Michel Mouillart. Par ailleurs, la part des jeunes augmente dans les profils des emprunteurs, tout comme le poids des ménages modestes.

Globalement, la capacité des ménages à acheter s'est détériorée tout au long de l'année sur un certain nombre de grandes villes. Ce recul était modéré pour des villes comme Lyon, Strasbourg, Nantes ou encore Lille. Il était plus prononcé à Paris, Limoges et Caen.

Si l'on remonte à 2016, on constate souvent des écarts de plusieurs mètres carrés. Cela va de la différence de surface entre une baignoire et une douche jusqu'à la chambre en plus.

Logiquement, lorsque les prix immobiliers ont baissé ou faiblement cru, la surface achetable s'est élevée et inversement.

Voici les 15 villes de plus de 100 000 habitants où vous avez perdu plus de deux mètres carrés et les 11 villes où vous avez gagné plus de deux mètres carrés depuis 2016, selon les données de l'Observatoire Crédit Logement/CSA et de LPI (l'observatoire des prix immobiliers) :

Bordeaux : -12 m²

0 via Wikimedia Commons

Paris : -6 m²

Pixabay

Limoges : -6 m²

La gare de Limoges-Bénédictins, à Limoges, Haute-Vienne. Wikimedia commons/ NilsÖberg

Lille : -5 m²

Pixabay

Montpellier : -4 m²

Pixabay/Ennelise

Caen : -4 m²

Flickr/Patrick Nouhailler

Nantes : -4 m²

Facebook/Ville de Nantes

Lyon : -4 m²

Pixabay/Thomas43

Rennes : -4 m²

Flickr/Nicolas Wollmer

Angers : -4 m²

Angers, Maine-et-Loire. Facebook/Ville d'Angers

Nîmes : -4 m²

Flickr/Omega

Strasbourg : - 4 m²

Pixabay

Toulouse : -3 m²

Facebook/Ville de Toulouse

Rouen : -3 m²

Wikimedia Commons/Frédéric Bisson

Reims : -2 m²

Facebook/Ville de Reims

Amiens : +2 m²

Wikimedia commons/Jean-Pol Grandmont

Saint-Etienne : +4 m²

Facebook/Ville de Saint-Etienne

Besançon : +4 m²

Flickr/Gipe25

Marseille : +5 m²

com

Metz : +5 m²

Wikimedia commons/Sebcaen

Mulhouse : +6 m²

Porte jeune à Mulhouse, Moselle. Wikimedia commons/Jipéto

Tours : + 5m²

Wikimedia commons/Gerard Jalaudin

Nice : + 7m²

Wikimedia commons/Tobi 87

Aix-en-Provence : + 9m²

Wikimedia commons/Ladislaus Hoffner

Le Mans : + 11 m²

Le Mans, Sarthe. Facebook/Le Mans Métropole

Toulon : + 15m²

Facebook/Ville de Toulon
Découvrir plus d'articles sur :