L'approvisionnement en peaux d'animaux exotiques comme le python devient de plus en plus compliqué, entre les menaces qui pèsent sur la préservation de l'espèce et le trafic de serpents sauvages présentés comme étant d'élevage.

Gucci est très consommatrice de peaux de python, notamment pour confectionner ses sacs à main emblématiques, très prisés de la clientèle asiatique.

Dans une interview récemment accordée à BloombergBusinessWeek, François-Henri Pinault, PDG du groupe de luxe Kering qui détient 16 marques dont Gucci, explique que même si "le python n'est pas encore une espèce menacée d'extinction, il le deviendra car il n'y a aucune transparence dans ce commerce": 

"La seule solution dans ce cas-là, c'est d'intégrer nous-mêmes l'élevage de pythons. Nous sommes donc en train d'investir en Thaïlande et en Chine dans des fermes de pythons. [...] Nous avons fait la même chose avec les crocodiles. C'est l'un des seuls moyens de totalement contrôler la chaîne de fabrication."

Depuis 2012, le groupe mondial de 35.000 personnes s'est engagé à intégrer le développement durable au sein de ses chaînes de fabrication. Kering a notamment noué un partenariat pour la préservation des pythons avec le Centre du commerce international (CCI) et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les marques de luxe se préparent à fabriquer des sacs en cuir transparent grâce aux biotechnologies

VIDEO: Pourquoi les montres Rolex coûtent si cher