Guerre commerciale, shutdown, consommation des ménages... comment le meilleur prévisionniste du monde parvient à deviner ce qui va se passer

Christophe Barraud, meilleur prévisionniste au monde en 2018 pour les statistiques américaines, chinoises et européennes. C.B.

Anticiper ce qui va se passer dans le monde et sur les marchés financiers:  c'est le quotidien de Christophe Barraud, chef économiste au sein de la société de courtage Market Securities. A seulement 32 ans, il vient d'être sacré par Bloomberg meilleur prévisionniste du monde pour les statistiques américaines, et ce pour la 7e année d'affilée.

Il a également été nommé meilleur prévisionniste du monde pour les statistiques de la zone euro pour la quatrième année consécutive et pour les statistiques chinoise pour la deuxième année de suite.

Avant de se lancer dans le secteur de la finance, ce passionné de prédiction pronostiquait déjà les résultats sportifs, pour les courses cycliques, le tennis et le football par exemple, ainsi que l'issue des élections politiques. Ce docteur en économie a d'ailleurs fait sa thèse à l'université Paris-Dauphine sur les paris sportifs, en dressant un parallèle avec les marchés financiers. "Il y a de nombreuses similitudes entre les deux. Les paris sportifs sont semblables au marché des options dans le secteur financier", assure-t-il.  Pour établir ses prévisions, Christophe Barraud ne consulte pas une boule de cristal. Elles sont le fruit de beaucoup de travail.

"Pas un fanatique des maths"

Dès 6h30 du matin, il commence sa journée en faisant un tour des informations qui sont tombées depuis la fermeture des marchés boursiers la veille. Il élabore ainsi un récapitulatif détaillé des nouvelles macroéconomiques, couvrant "les principales zones géographiques", à savoir les Etats-Unis, l'Asie et l'Europe. Outre les informations glanées dans la presse financières, via le Financial Times et le Wal Street Journal par exemple, ainsi que les agences Reuters et Bloomberg, il suit des journalistes spécialisés sur Twitter pour prendre connaissance, entre autres, des dernières avancées de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. 

Christophe Barraud effectue donc un travail de collecte, puis de tri des informations, pour ensuite établir des modèles mathématiques. "J'essaie de réaliser des modèles cohérents, pas trop chargés. C'est rare que j'intègre plus de cinq variables, parce qu'au-delà, il est difficile de percevoir l'impact de chaque facteur", explique-t-il. Titulaire d'un bac ES (économique et social), le chef économiste précise qu'il n'était "pas un fanatique des maths" avant de commencer à étudier l'économétrie, soit le traitement de données statistiques en lien avec l'économie, à partir de la licence. "C'est le mode d'emploi de la boîte à outils, que j'utilise maintenant au quotidien." 

Analyse des images satellites des parkings du distributeur Walmart

Christophe Barraud, qui travaille minimum 60 heures par semaine, reste toujours à l'affût de nouvelles statistiques permettant de décrypter et d'anticiper les tendances économiques et financières. Pour mieux cerner les conséquences du "shutdown" aux Etats-Unis, une procédure entraînant la fermeture partielle des administrations faute d'accord sur le budget voté au Congrès, il a dû faire preuve d'ingéniosité:

  • "J'ai creusé pour trouver des séries hebdomadaires sur l'hôtellerie, donc avec peu de décalage dans le temps. Comme le tourisme et l'hôtellerie font partie des dépenses secondaires, ça aurait été les premières à être réduites en cas d'écroulement de la consommation à cause du shutdown." Christophe Barraud a constaté à l'inverse que le secteur de l'hôtellerie se portait bien, en hausse par rapport à l'année dernière. 
  • Plus globalement, pour déterminer le niveau de la consommation, il a étudié les images satellites des parkings du distributeur Walmart. "Cela permet de voir combien de voitures sont garées et avec une méthode de calculs, vous pouvez plus ou moins extrapoler la consommation chez Walmart", précise-t-il. 

Un grand prévisionniste bat le consensus des analystes financiers dans la majorité des cas en matière de prédictions statistiques. Christophe Barraud affiche de son côté un score de 65%, précise-t-il. Mais il ne se repose pas sur ses acquis. "La clé, c'est de toujours se remettre en question. Une prédiction n'est jamais parfaite. Il faut toujours chercher pour apprendre de nouvelles choses." Au-delà du talent, c'est donc le travail qui paie. Sans oublier quelques traits de caractère indispensables selon le chef économiste, qui se dit à la fois "passionné, raisonné, acharné et perfectionniste".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Actions ou obligations, marché européen ou américain... voici où il faut placer son argent en 2019, selon le meilleur prévisionniste au monde

VIDEO: Ce garçon de 13 ans invente un outil pour aider à traiter le cancer du pancréas et améliorer le taux de survie des patients