Le patron de la SNCF va mieux payer les jeunes en début de carrière pour réussir la transformation du groupe ferroviaire

Guillaume Pépy, patron de la SNCF. YouTube/HEC Alumni

Pendant 36 jours, des salariés de la SNCF ont fait la grève au printemps 2018 afin de protester contre la réforme du groupe ferroviaire engagée par le gouvernement. Cette dernière prévoit l'ouverture à la concurrence du système ferroviaire, la fin du statut de cheminots pour les nouvelles recrues et la transformation juridique de la SNCF.

Si "nombre [de salariés] conservent une opinion négative de la réforme" — de l'aveu même de Guillaume Pépy, le président du directoire de la SNCF, qui se confie dans un entretien aux Echos ce jeudi 4 octobre 2018 — ce dernier compte sur les salariés pour participer à la transformation de l'entreprise.

Guillaume Pépy explique ainsi qu'il va s'appuyer sur les jeunes recrues de la SNCF, qui seront mieux payés: 

"Le nouveau pacte social concernera donc tous les cheminots. Il sera différent d'aujourd'hui, mais pas moins attractif, car sinon, nous aurions un problème de fidélisation et les meilleurs partiraient. Pour cela, nous allons payer plus cher les jeunes qui débutent leur carrière, et des dispositions du statut vont bouger."

En effet, le passage au numérique va générer des gains de productivité, selon Guillaume Pépy, mais aussi rendre de nombreux emplois obsolètes. "D'ici à 2026, de 10 à 15% des 140.000 postes actuels vont disparaître du fait de la digitalisation", indique le patron de la SNCF aux Echos. Mais d'autres vont apparaître avec "la croissance du trafic et des innovations industrielles." 

D'après les données du site Indeed, le salaire mensuel à la SNCF oscille entre 1480 euros par mois pour un agent commercial et 6328 euros par mois pour un chef d'équipe.

Un technicien en signalisation électrique peut espérer jusqu'à 2400 euros, pour un salaire de base de 1649 euros, rapporte un salarié sur le site carrières de la SNCF. Un conducteur de train en début de carrière peut espérer entre 1500 et 2000 euros nets, affirme un conducteur de TGV qui, "après 20 ans de conduite" touche "entre 3500 et 4000 euros net mensuels". "Le salaire est composé d'environ deux tiers de fixe, le reste étant variable en fonction des kilomètres réalisés, des déplacements, des nuits..."

Le groupe ferroviaire recrute actuellement dans les métiers du BTP et génie civil, énergie, mécanique, services informatiques, conduite et transport, service client et conception de projets. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Vous pourrez bientôt noter votre voyage en TGV comme on évalue un restaurant sur TripAdvisor dit le patron de la SNCF

VIDEO: Voici à quoi va ressembler le supermarché du futur d'Amazon, sans caisse ni file d'attente