Publicité

Hack Ikea : comment personnaliser une étagère Billy ou une cuisine Metod est devenu un vrai business

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Hack Ikea : comment personnaliser une étagère Billy ou une cuisine Metod est devenu un vrai business
Un exemple de cuisine Ikea personnalisée par l'entreprise Plum. © Plum/9979 @Hervé Goluza
Publicité

Au moment de la rentrée étudiante, à l'occasion d'un déménagement, ou même sans occasion particulière, de nombreux Français se rendent dans l'enseigne Ikea pour s'équiper en meubles et décorer leur intérieur. Un succès qui ne se dément pas depuis l'arrivée du groupe suédois dans l'Hexagone en 1981 à Bobigny, en région parisienne. Le sujet de l'aménagement de son lieu de vie est devenu central ces derniers mois, notamment depuis les débuts de la pandémie de Covid-19 en mars 2020. À cause des différents confinements, on n'a jamais passé autant de temps chez soi.

C'était justement l'occasion de redécouvrir notre intérieur d'un œil nouveau : et si je rajoutais quelques plantes sur ce meuble ? Et si je changeais enfin mon canapé abîmé ? Une tendance de fond, qui avait vu le jour précédemment, s'est aussi amplifiée : la personnalisation — ou comment rendre ses meubles et sa décoration uniques, et faire en sorte que son appartement ne ressemble pas à celui du voisin. Compliqué quand on achète ses produits chez Ikea et qu'on retrouve souvent chez les autres la fameuse étagère Billy ou encore la table basse carrée Lack?

À lire aussi — On a visité le nouveau magasin Ikea Décoration, 100% consacré à la déco de la maison

Pas si sûr si on se penche sur les hacks Ikea. Ce que l'on appelle le "hacking", ou les "hacks", est une pratique qui consiste à bricoler et arranger des meubles pour les personnaliser et en faire une version unique. Concernant les hacks de produits Ikea, les exemples sont légion. Du plus simple, par exemple peindre une armoire pour la changer de couleur ou modifier des pieds de tabouret, au plus complexe — changer les façades d'un meuble de cuisine ou changer les portes d'une commode, le "Ikea hacking" est devenu tendance ces dernières années chez les particuliers.

'Les caissons Ikea, c'est quand même un super rapport qualité/prix'

Apparu au milieu des années 2000, le phénomène est vite devenu très populaire dans le monde entier. Le media américain The Hustle a étudié sa popularité sur les réseaux sociaux mondiaux : sur Instagram, plus de 500 000 posts ont le tag #Ikeahack. Sur TikTok, 64 millions de vidéos portant le tag #ikeahacks ont été visionnées par les utilisateurs du réseau social. Sur Facebook, on ne compte plus non plus les groupes dédiés au sujet : par exemple, en France, un groupe privé appelé "IKEA HACK (Idées de Customisations)" compte près de 160 000 membres.

Exemple d'un hack Ikea détaillé sur le compte Instagram "Ikeahack"

Mais en parallèle des bidouilles des étagères Billy, des bons plans pour les dressings et des idées trouvées sur internet, un véritable business a vu le jour. Les hacks de meubles Ikea se sont à leur tour professionnalisés, allant même jusqu'à flirter avec le secteur du luxe. En mars dernier, le media de référence AD (Architectural Digest) proposait dans un article des solutions pour "relooker sa cuisine Ikea en version luxe".

Sans atteindre cette extrémité, le hack des meubles Ikea est devenu un vrai business et de nombreuses entreprises se sont lancées sur le créneau. "Les caissons Ikea, c'est quand même un super rapport qualité/prix, ça ne bouge pas trop au fil du temps, sauf les portes qui peuvent se dégonder un peu", nous affirme Caroline Llanes, décoratrice d'intérieur et fondatrice de l'agence Decorista. Tout en pointant les limites de l'enseigne : "L'offre est très limitée en couleur de façades ou en matières. Il n'y a pas non plus d'option anti gras ou anti traces, les plinthes ne sont pas proposées, etc.".

Autre souci selon elle, les clients ne voudraient plus de cuisines qui ressemblent à des cuisines : "Elles sont maintenant ouvertes pour la plupart, le but c'est d'en faire un vrai espace de vie, un bijou intégré à son intérieur." De quoi développer le business autour des cuisines Ikea.

À lire aussi — Chez Ikea, vous pouvez maintenant réserver en ligne des meubles d'occasion

Bemz, Like a color, Bocklip, Plum... Les entreprises surfant sur les hacks Ikea se multiplient

C'est en Suède, patrie d'origine du géant de l'ameublement, qu'est née la première startup spécialisée dans le Hack Ikea en 2005, selon BFM. Bemz, société fondée par une Canadienne et un Suédois, propose essentiellement des housses de canapé qui s'adaptent parfaitement aux modèles vendus par le géant de l'ameublement. Depuis, les entreprises surfant sur ce phénomène ont essaimé. En France, on retrouve par exemple le site "Like a color" qui commercialise des stickers de couleur destinés aux meubles Ikea — comme les armoires, les tables de nuit ou encore les tabourets.

En plus complet et vendu comme un vrai service, d'autres sociétés vendent des portes, des tiroirs, des poignées ou des plinthes complètement adaptables aux meubles Ikea de cuisine, salle de bain ou salon. C'est le cas par exemple de l'entreprise Bocklip, créée en France en 2015 et qui propose de personnaliser ses meubles Ikea. Cible visée ? Des personnes ayant " les goûts d'un grand décorateur et les moyens de Monsieur Tout-le-Monde", explique la société sur son site internet.

Sur le même créneau, on retrouve l'entreprise Plum (ex-Plum Kitchen) fondée en 2019. Interrogée par Business Insider France, sa co-fondatrice Marion Merle confirme connaître un "joli développement", employant dorénavant une quinzaine de personnes et élargissant actuellement sa gamme de produits, avant de se lancer en Europe dès 2022. Pour résumer son activité, elle utilise cette image : "On propose tout ce qui ne tombe pas quand on retourne sa maison", c'est-à-dire des façades de meuble, des plinthes, des poignées, etc.

Le fonctionnement est assez simple : vous choisissez et achetez vos caissons Metod ou Pax, pour la cuisine ou votre dressing directement chez Ikea. Ensuite, via un configurateur sur le site de Plum, vous développez et chiffrez votre projet de personnalisation. Les éléments vous sont ensuite livrés sous quelques semaines avec toutes les indications pour les fixer.

Une personnalisation des meubles Ikea qui a un prix

Une personnalisation qui a cependant un prix : "environ 30% en plus du prix de la cuisine ou de l'ensemble acheté chez Ikea" explique Marion Merle. Mais cela semble clairement dépendre du projet. Des cas pratiques sont détaillés sur leur site internet : chez Jules et Antoine, par exemple, qui habitent un appartement de 70 m2 à Asnières, la cuisine de près de 4 mètres de long a coûté 2 801 euros : 639 euros pour l'achat de la structure chez Ikea et 2 162 pour l'habillage Plum. Loin des 30% évoqués.

Et c'est d'ailleurs souvent le prix qui coince. Caroline Llanes l'a déjà constaté avec ses clients à qui elle a proposé des simulations avec les façades de Bocklip ou Plum, et qui ont refusé au bout du compte de le faire. "Quand on cumule les caissons Ikea et les façades proposées par ces entreprises, ça chiffre vite. Le but de personnaliser, ce n'est pas de garder ses meubles blanc, du coup ça fait vite grimper les prix." Autre frein éventuel évoqué par la décoratrice d'intérieur, les gens peuvent avoir peur de devoir récupérer des pièces en provenance de deux enseignes différentes (Ikea et Plum, par exemple) et qu'il manque des éléments lors de la réception des éléments.

Exemple de hack Ikea réalisé pour une chambre d'enfant par un particulier.

Si le hack Ikea façon "do it yourself", réalisé par des particuliers bricoleurs, est donc plus que jamais tendance, la personnalisation des meubles effectuée par des professionnels n'est pas encore démocratisée — et réservée pour le moment aux plus hauts budgets.

L'enseigne reste prudente sur le sujet

Et qu'en pense l'enseigne Ikea elle-même ? N'a-t-elle pas peur de perdre du chiffre d'affaires potentiel si les clients relookent leurs vieux meubles plutôt que d'en acheter de nouveaux ? Interrogé sur ce point, le groupe Ikea France n'a pas souhaité répondre plus en détail à notre sollicitation. Il a juste communiqué cette déclaration, émise par lkea International : "IKEA est heureux de constater que les gens du monde entier aiment ses produits. (...) Ce "hacking" fait partie d'un style de vie, d'une expression de l'individualité et d'une manière de renouveler, d'actualiser et de faire durer les choses beaucoup plus longtemps."

Le groupe ouvre aussi le parapluie pour se protéger en cas de problème : "Bien sûr, tout cela doit se faire dans le respect de la sécurité. Les produits IKEA sont fabriqués en fonction d'un usage spécifique. (...)." Et d'expliquer : "Il est donc important de noter qu'IKEA n'encourage pas et n'assume pas la responsabilité de tout piratage de produit qui modifie la fonction, la construction ou l'utilisation prévue du produit final."

Le géant suédois semble donc avoir un peu changé de point de vue et détendu sa position. Au milieu des années 2000, quand la tendance est née, l'enseigne avait en effet envoyé par courrier une mise en demeure au site "IKEA Hackers", gênée par le détournement de ses produits proposé sur le site web. Si elle n'en est pas à proposer elle-même des hacks de ses propres meubles, Ikea semble donc néanmoins s'en accommoder. L'essentiel ne réside-t-il pas finalement pour le géant suédois de continuer à faire parler de lui ?

À lire aussi — 8 choses à ne jamais faire dans un magasin Ikea, selon les employés

Découvrir plus d'articles sur :