L'année 2018 s'est terminée en demi-teinte pour le e-commerce en France.

Contrairement à ce que l'on aurait pu croire, les ventes en lignes n'ont pas profité du mouvement des "Gilets jaunes". 

La croissance de l'activité a en effet fléchi en décembre, en hausse de — seulement — 8%, contre 16% en octobre et 14% en novembre, selon une étude présentée ce mardi 5 février 2019 par la Fevad, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance.

Cette étude a été réalisée en partenariat avec le cabinet KPMG, en s'appuyant sur les informations recueillies auprès des principaux sites marchands et sur les montants agrégés des transactions réalisées par les principales sociétés de paiement.

Les professionnels estiment que l'impact de ce ralentissement sur le chiffre d'affaires annuel du e-commerce coûtera 0,7 point de croissance, soit environ 600 millions d'euros.

Sur l'ensemble de l'année dernière, les ventes s'affichent en hausse de 13,4% pour atteindre 92,6 milliards d'euros dépensés en ligne. Le nombre de transactions a bondi de 20,7% par rapport à 2017 avec plus d'un milliard et demi de commandes l'an passé. En revanche, la panier moyen continue de baisser, depuis 2012, avoisinant désormais 60 euros, soit 5 euros de moins sur un an.

Pour 2019, la Fevad s'attend à une poursuite de la dynamique et prévoit que le chiffre d'affaires du secteur franchisse la barre des 100 milliards d'euros. 

Le mobile en hausse

La part des ventes réalisée sur mobile progresse toujours, 39% des acheteurs en ligne achètent depuis leur smartphone, selon un baromètre CSA pour la Fevad. C'est une hausse de 7 points depuis 2018 et de 15 points depuis 2017.  

La progression est particulièrement forte auprès des jeunes : plus de la moitié des moins de 35 ans achètent en ligne depuis leur smartphone (56%). 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le réseau social chinois WeChat n'autorise que 2 publicités par jour — contrairement à ses rivaux américains

VIDEO: Ce parking accueille des dizaines de milliers de voitures Volkswagen rappelées après le dieselgate