Havas abaisse son objectif annuel mais son PDG est heureux pour une raison

Le PDG d'Havas Yannick Bolloré à (dr.), avec Arrnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi (au centre) et Lucian Grainge, pdg d'Universal Music Group lors du festival Cannes Lions le 22 juin 2017. REUTERS/Eric Gaillard

Havas a annoncé vendredi renoncer à sa prévision de croissance organique de 2% à 3% pour cette année, étant victime comme le leader mondial WPP du ralentissement du marché publicitaire mondial.

A l'inverse, son rival français Publicis — troisième groupe mondial — a affiché une hausse légère mais inattendue de son chiffre d'affaires (+0,8%), à 2,52 milliards d'euros, entre avril et juin.

Havas fait état dans un communiqué d'une baisse plus importante que prévu des investissements des annonceurs et d'une pression croissante sur ses marges dans les négociations de contrats.

Le groupe, dont le chiffre d'affaires semestriel a reculé de 0,4% en données organiques à 1,108 milliard d'euros, dit aussi pâtir du ralentissement économique dans les pays à forte croissance, comme le Brésil, le Mexique, l'Inde et la Chine.

Le sixième groupe publicitaire mondial, en passe d'être rapproché de Vivendi, s'est toutefois montré confiant sur ses perspectives à moyen terme, notamment après la reconduction du budget publicitaire de Sanofi, son premier client.

Une nouvelle qui est parvenu à réjouir son président-directeur général, Yannick Bolloré, tranchant avec le contexte difficile pour le secteur.

"C'est la meilleure nouvelle de l'année pour nous", a fait valoir Yannick Bolloré, au sujet de cette annonce faite il y a deux semaines, 

La fusion avec Vivendi se rapproche

Yannick Bolloré a également déclaré que la clôture du rapprochement de Vivendi et Havas était prévue début octobre.

Son père, le milliardaire Vincent Bolloré, a enclenché en mai les préparatifs du mariage entre Vivendi et Havas, deux groupes dont il est le premier actionnaire, avec l'ambition de bâtir un géant des contenus et de la communication.

Vivendi a ainsi acquis le 3 juillet les 59,2% détenus par le Groupe Bolloré dans Havas et déposera dans les prochaines semaines une OPA simplifiée sur le solde du capital d'Havas, qui ne vise pas à retirer Havas de la cote.

La fusion Havas-Vivendi est une étape supplémentaire dans la constitution d'un empire familial, avec une répartition des rôles déjà esquissée:

  • à Yannick, les médias et la communication;
  • à Cyrille, la direction des activités transport et logistique, "le coeur du réacteur" du groupe Bolloré;
  • à Marie, la partie stockage d'électricité et véhicules électriques;
  • et enfin Sébastien, "la tête chercheuse", est notamment administrateur de l'éditeur de jeux vidéos Gameloft.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Vincent Bolloré dit que confier Vivendi à son fils rapportera plus d’argent aux actionnaires

VIDEO: Ces deux Boeing volent côte à côte comme des avions de combat