Une aversion qui explique en partie le Brexit et l'élection de Trump pourrait affaiblir la compétitivité économique de la Suisse

Une aversion qui explique en partie le Brexit et l'élection de Trump pourrait affaiblir la compétitivité économique de la Suisse

Des manifestants britanniques impatients de sortir de l'UE devant le parlement, à Londres, le 23 novembre 2016. REUTERS/Toby Melville

La Suisse est l'un des pays au monde les plus compétitifs économiquement.

Le  29e classement de l’IMD de Lausanne le confirme en plaçant le pays en deuxième position derrière Hong Kong mais devant Singapour.

Pour l'établir, l'IMD étudie 63 pays sur la base de près de 350 critères.

Assise sur de nombreux points forts, la Suisse doit tout de même affronter un nouveau phénomène qui pourrait entraver son habituelle bonne santé économique: l'hostilité envers la mondialisation d'une partie de sa population.

Pour un pays dont l'économie est très dépendante des échanges internationaux, ce sentiment pourrait devenir à terme un problème économique estime le responsable de l'étude de l'IMD.

"En 2017, la Suisse doit faire face à de nouveaux défis: elle n’attire plus les investissements étrangers. Des incertitudes extérieures comme le Brexit et la politique économique du président américain Donald Trump demeurent. Autre point faible: l’hostilité envers la mondialisation est en hausse en Suisse. C’est paradoxal pour un pays qui dépend beaucoup des exportations", explique selon Arturo Bris, professeur de finance à l’IMD et responsable du classement, dans le journal Le Temps.

Cette aversion a été l'un des facteurs du vote en faveur du Brexit, de Donald Trump ou de la montée des extrêmes dans les élections nationales, à l'instar de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon en France.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici ce qu'il se passera pour les Etats-Unis s'ils sortent de l'accord de Paris sur le climat

VIDEO: Mickey Mouse, le fameux personnage de Disney, fête ses 90 ans — voici ce que vous ne saviez peut-être pas

  1. Lorenz

    Tant mieux, et vive la récession! De toute façon, et à moins d'aller rapidement sur Mars, notre monde fini limitera bientôt notre croissance...

Laisser un commentaire