Huawei prépare une alternative à Android pour le jour où les sanctions économiques imposées par les USA l'empêcheront d'utiliser l'OS de Google

Le stand Huawei au Mobile World Congress de Barcelone en février 2018. REUTERS/Yves Herman

  • Le chinois Huawei est menacé de sanctions par les autorités américaines pour ne pas avoir respecté un embargo contre l'Iran.
  • Une autre entreprise chinoise, ZTE, est depuis mi-avril victime de sanctions pour des raisons similaires et ne peut plus se fournir en pièces et logiciels auprès d'entreprises américaines.
  • Alors que les smartphones Huawei sont équipés d'Android, le fabricant se prépare à d'éventuelles sanctions en développant une alternative au système d'exploitation de Google.

Menacé par le département américain de la Justice, Huawei pourrait déjà se préparer à de possibles sanctions.

D'après le Wall Street Journal, l'administration américaine aurait lancé une enquête contre le géant chinois, suspecté de ne pas avoir respecté l'embargo contre l'Iran.

Plus tôt en avril, les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre un autre fabricant chinois, ZTE, qui a admis avoir vendu des technologies américaines dans des pays interdits, dont l'Iran. Les entreprises américaines ne peuvent plus fournir de composants ou de logiciels à ZTE pendant sept ans.

Huawei est également soupçonné de servir à l'espionnage chinois par les services de renseignement des Etats-Unis, si bien que les téléphones de la marque sont introuvables dans les boutiques des opérateurs américains.

Etre privé de produits et services fournis par des entreprises américaines pourrait avoir de grandes conséquences pour Huawei. En effet, ses téléphones sont équipés d'Android, système d'exploitation développé par Google.

Mais le géant chinois se prépare déjà à cette éventualité. D'après des informations du South China Morning Post, reprises par 01Net, Huawei développe son propre système d'exploitation depuis 2012, date de la première enquête des autorités américaines contre ZTE.

"C'est une question de capacité et de nécessité" selon Zhao Ming, le président de Honor, filiale de Huawei, interrogé par le SCMP. "Huawei est capable de le faire, mais pour l'instant je ne pense pas que cela soit nécessaire car nous travaillons de façon très rapprochée avec Google et nous allons continuer à utiliser leur système Android."

Huawei développe déjà ses propres puces pour équiper ses téléphones et tablettes, afin de ne plus dépendre de celles fabriquées par l'américain Qualcomm. 

Selon le SCMP, Huawei est la deuxième entreprise tech du monde en terme de dépenses en recherche et développement, derrière Amazon et devant Alphabet (la maison-mère de Google). Le géant chinois a dépensé 14,2 milliards de dollars en R&D en 2017, soit 14,9% de son chiffre d'affaires. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : GRAPHIQUE DU JOUR: Le Chinois Huawei s'installe sur le marché des smartphones — et il pourrait même bientôt rattraper Apple

Comment repérer les contrefaçons d’articles de luxe selon un expert