Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Huawei aurait stocké assez de composants pour tenir un an

Huawei aurait stocké assez de composants pour tenir un an
© REUTERS/Soe Zeya Tun

Huawei avait clairement vu venir la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. On savait déjà que le constructeur asiatique développait depuis 2012 un système d'exploitation qu'il pourrait utiliser en remplacement d'Android, le fameux "plan B". On apprend maintenant que Huawei aurait également stocké assez de composants pour tenir un an. C'est en tout cas ce qu'a assuré CLSA, la société de courtage basée à Hong Kong, dans un rapport cité par Yahoo Finance.

Suite à la décision de Donald Trump de placer Huawei sur liste noire, le nombre de sociétés qui ont décidé de rompre tout lien commercial avec le constructeur ne cesse de grossir, malgré le délai de 90 jours accordé par l'administration américaine. Après Google, Huawei a été lâché par Intel, Qualcomm, Xilinx, Broadcom, ARM ou encore Panasonic en partie, autant de fournisseurs cruciaux pour l'entreprise chinoise. Selon CLSA, Huawei produit lui-même seulement un tiers des composants utilisés dans ses produits.

Grâce à ses stocks, Huawei pourrait donc avoir un peu de répit. Quoique... L'analyste Sebastian Hou de CLSA estime qu'au vue de l'évolution très rapide des caractéristiques des smartphones, le constructeur aurait besoin de nouveaux composants dans environ six mois. "Ils auront utilisé tous leurs composants essentiels d'ici la fin de l'année", assure-t-il à Yahoo Finance. "Si l'interdiction n'est pas levée d'ici là, ils auront un vrai problème".

CLSA alerte par ailleurs sur la déstabilisation du marché des composants qui pourrait découler de cette situation. En faisant des stocks, Huawei aurait en effet créé une "fausse demande" en contribuant à hauteur de 8% à la croissance du secteur des puces électroniques lors du premier trimestre 2019. Le géant chinois devrait maintenant utiliser ses stocks, ce qui devrait de nouveau réduire la demande au deuxième trimestre. Et donc avoir un impact sur la croissance du marché.

La semaine dernière, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a estimé que la politique des États-Unis envers Huawei s'apparentait à du "harcèlement économique". Il a aussi prévenu la Chine se battrait "jusqu'au bout" dans cette guerre commerciale.

Découvrir plus d'articles sur :